Accueil > Musique > 2010 > Ra Ra Riot - The Orchard

Ra Ra Riot - The Orchard

mercredi 25 août 2010, par Marc

Range ta chambre !


Autant vous le dire tout de suite, cet article est peut-être un peu bougon. Parce que quand un groupe qui m’est a priori sympathique tend une myriade de bâtons, je les saisis. Et on dirait que ce second album du jeune groupe de Syracuse (NY) qui succède au prometteur The Rhumb Line nous donne du bâton en abondance.

Comme sur les albums de Spinto Band, cette pop relevée de violon, reposant sur une solide rythmique, me semble un peu branque. Car si ces deux formations ont pu fournir des morceaux véritablement enchanteurs ou carrément géniaux (Oh Mandy, Dying Is Fine, ce genre), le reste de leurs albums souffrait de la comparaison, parce que le procédé seul ne suffisait pas.

Même problème avec des morceaux des Hidden Cameras, voire des New Pornographers. Tous ces groupes m’ont fourni de bons moments, mais semblent parfois touchés d’une réserve que je trouve encore plus marquée ici. Qui suis-je pour dire « range ta chambre » à un groupe ? Un critique qui se la joue un peu sans doute, un amateur un peu tatillon qui se demande ce qui lui manque pour que son plaisir soit plus grand aussi.

Certains groupes a priori bien plus discrets dans l’oreille arrivent avec à peu près les mêmes ingrédients à sonner de façon plus émouvante et constante. Je pense à des formations comme les Local Natives ou Seabear. Mais je suis aussi conscient que ce ne sont des groupes qui n’essaient pas de faire de la pop à velléité joyeuse. Alors il me faut convoquer The Rural Alberta Advantage pour prendre une incontestable réussite. C’est peut-être plus parlant pour ceux qui voient, moins pour ceux qui n’ont pas religieusement compulsé les 1144 articles de ce site.

Pourtant, il y a un vrai doigté chez ce groupe, et on sent sur The Orchard qu’ils savent placer un violon. Et puis il y a de plus plaisantes choses. Too Dramatic est quand même emmené par une grosse envie, Massachussets semble plus avide de chasser sur les terres de leur voisin de promo Vampire Weekend, mais avec encore une fois, plus de complexité dans les mélodies, ce qui nuit à l’immédiateté.

On disait qu’on bannissait pour quelques temps l’usage d’un son de synthé eighties ? Ca ne se marie pas toujours avec le reste (Foolish) et l’aspect opportuniste qui prévaut maintenant sera sans doute remplacé par une franche perplexité sous peu.

On retrouve aussi une voix haut perchée qui ne me séduit pas outre mesure. Mais j’admets que c’est très personnel et que si vous l’appréciez, cet album a plus de chances de vous plaire. C’est aussi pourquoi You And I Know me semble plus intense, en partie parce que la voix féminine y semble plus à son affaire, et on tient là un de leurs tout meilleurs morceaux. Quand on replonge sur Shadowcasting, l’écart me semble rude.

C‘est dommage que la foudre tombe sur un groupe aussi sympathique, mais mon seul rôle ici est de donner mon avis en toute mauvaise foi et subjectivité, et de le motiver dans le meilleur des cas. La pop peut être bancale si elle a des idées. Si elle manque juste de structure, de liant et d’idées mélodiques, elle peine à ma passionner.

http://www.barsuk.com/media

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)