Accueil > Musique > 2010 > J. Tillman - Singing Ax

J. Tillman - Singing Ax

mercredi 29 septembre 2010, par Marc

Le jeu des familles


Le jeu des familles, c’est un peu simpliste dans la vraie vie mais plus revigorant sur la scène musicale. Prenez J. Tillman par exemple. Si on n’a pas publié d’article sur lui, il aura été présent en filigrane bien des fois, que ce soit en tant que première partie des Fleet Foxes, en tant que frère de celui qui publie sous le nom de Pearly Gate Music ou encore en tant que batteur de ces Fleet Foxes. D’ailleurs, si vous cherchez de quoi patienter avant une future livraison (normalement imminente) du génial groupe de Seattle, il se trouve des bootlegs de concerts solo de Robin Pecknold en ouverture de la tournée de Joanna Newsom si vous tendez l’oreille aux bons endroits.

Une voix et une guitare, la formule est une des plus éculées de l’univers. La pratiquer montre donc du culot ou de l’inconscience. Ou alors l’amour d’une tradition centenaire. Mais on se félicite qu’il la patique parce qu’en plusieurs occasions on se prend à penser que c’est vraiment beau, vrai, pas mièvre, et que certains artistes ont la bouche et l’âme plus proches que chez bien des contemporains. L’ambiance créée n’est donc pas Youplaboum mais permet de vrais moments forts comme Our Beloved Tyrant ou Mere Ornaments, poignants mais jamais pathétiques.

Comme il faut un certain degré d’abandon pour que ce dénuement se transforme en émotion, j’avoue qu’il n’est pas toujours facile d’« entrer dans » cet album. Parce que la production de Steve Albini (je mets un lien vers wikipedia pour ne pas tomber dans le name-dropping excessif) ne fait pas exactement dans la décoration. Et qu’il faut tendre l’oreille pour distinguer des éléments de variation. Un petit clavier en fond parfois, une batterie desséchée et on peut emballer Three Sisters et ses coups de gueule. Ou alors un très discret violon sur Madness On The Mountains. J’ai donc pensé à Nick Drake (diamondback, Madness On The Mountain), ce qui se produit presque immanquablement avec un folk classique et classieux avec du picking bien senti.

S’il est sans doute déconseillé aux neurasthéniques profonds et ceux pour qui la musique ne peut s’exprimer que dans un stade, ce septième album de J. Tillman confirme ce qu’on pensait déjà, à savoir que même dans une dénuement poussé, une âme peut s’exprimer.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • J. Tillman - Singing Ax 29 septembre 2010 08:14, par Laurent

    Oui mais dis Marc, pour les malheureux qui ne sont fans ni de vinyles ni d’iTunes, mais restent indécrottablement liés au format CD, ça fait deux fois d’affilée que tu chroniques avec enthousiasme des albums introuvables en version disco-laser ! Je suis depuis une demi-heure en quête de cet album de Harrys Gym que tu as donné à tout le monde envie de se procurer et ça n’est pas évident, pas évident, pas évident. Mais bon, ils sont Norvégiens. Par contre, Tillman, dont au moins quatre précédents albums existent en CD, je ne comprends pas qu’il nous fasse ce coup-là...

    repondre message

    • J. Tillman - Singing Ax 29 septembre 2010 09:44, par mmarsupilami

      C’est le frère de Sart ?

      repondre message

      • J. Tillman - Singing Ax 29 septembre 2010 12:43, par Marc

        @ Laurent

        Ha oui, je n’avais pas vu les choses sous cet angle-là. c’est quand même étrange de ne pas faire de sortie cd. Snobisme ? Pour les Norvégiens, c’est sorti "là-bas" donc plus jouable. Bonne recherche donc !

        @Mmarsupilami

        Wéé, un peu d’humour liégeois dans ce monde de brutes...

        repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)