Accueil > Musique > 2010 > Drunken Barn Dance - Grey Buried

Drunken Barn Dance - Grey Buried

jeudi 14 octobre 2010, par Marc

Mirage


Le folk, j’aime bien ça dépressif, introspectif si c’est bien senti, sensible quand ce n’est pas gnangnan. Mais je dois être franc, cet album pas brillant mais emporté par une énergie positive fait aussi beaucoup de bien. Disons immédiatement que cet album n’est sans doute pas destiné à passer à la postérité, mais qu’il m’a donné l’espoir d’une pause dans le train-train d’écoutes souvent semblables.

Ce que j’attendais et que j’ai découvert sur les premiers morceaux, c’est une bande dont je ne connaissais rien qui avait sorti un album foutraque dans le ton mais articulé autour de vrais morceaux. Ils sont en effet assez proches parfois de la frénésie d’un Rural Alberta Advantage, sans en avoir les fulgurances pop et surtout ralentissant plus souvent le tempo.

Un moment, vers la quatrième ou cinquième écoute, on prend une respiration, on réfléchit un peu et on replace cet album dans son contexte de musique et à part un son éraillé et qui baille aux entournures, on se dit que c’est terriblement classique et que de folle énergie, il n’est pas tant question que ça. Et qu’on y a peut-être projeté ce qu’on souhaitait écouter. Ces considérations ne remettent pas en cause la qualité de cet album, mais on s’est dit que la variété, c’est perdu pour cette fois-ci. Une fois cette constatation établie, on peut faire la différence entre les morceaux qui ressemblent à une version pop (toutes proportions gardées) de Two Gallants de ce qui relève du rock seventies plus classique.

Cette seconde tendance se ressent quand ils se lancent dans des chorus distordus sur Leaving Las Vegas, Reno, Laughlin dans la plus pure tradition des jam bands qui survit dans l’indie via des groupes plus propres comme My Morning Jacket. Ain’t No Weather Fouler est comme une version assagie d’un rock qui n’est pas pompeux parce que le son reste volontairement lâche aux entournures. Ils restent donc sympathiques même au cours de leurs délires guitaristiques (No Love). Evelyn Wears A Tiara est plus lent, carrément une ballade à briquet, genre pénible quand il n’est pas comme ici servi avec un peu d’indiscipline. C’est classique à mort, entendu plein de fois, mais quand c’est délivré avec sincérité, j’apprécie. Nous sommes en 2010, on se voit mal demander un contenu révolutionnaire à un groupe de rock finalement classique. A eux de trouver des façons de nous faire (même un tout petit peu) vibrer.

Ce qui apparaissait comme une bienvenue distraction s’inscrit donc dans la droite ligne de ce qu’on pensait contourner. Mais l’artisanat préservé arrive malgré tout à sauver la mise avec un cœur gros comme ça.

www.myspace.com/drunkendance

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)