Accueil > Musique > 2010 > Philip Selway - Familial

Philip Selway - Familial

samedi 11 septembre 2010, par Marc

Non peut-être ?


Bien honnêtement, il a fallu du temps pour que les informations « le batteur de Radiohead va faire un album » et « l’album de Philip Selway est sorti » fusionnent. La question à 5 cents c’est « est-ce qu’on en aurait parlé si ce n’avait pas été un membre de Radiohead ? ». La réponse à 5 cents c’est « Non peut-être ? ». Tout simplement parce que le genre pratiqué par Selway cadre bien avec ce dont on parle souvent. De plus, cet album sort sur le label Bella Union qui nous est très cher pour nous avoir déjà gratifiés des Fleet Foxes, Midlake ou John Grant, autrement dit un fournisseur d’étoiles de premier ordre.

Donc, s’il est difficile de faire abstraction du boulot de base du garçon, et si les deux têtes pensantes Johnny Greenwood et Thom Yorke ont entre autres livré avec respectivement la belle et austère musique de There Will Be Blood et un album solo de haute volée la preuve que l’union fait la force, certes, mais que leurs talents sont indéniables, le style pratiqué par Selway a le bon goût de pas ressembler à du sous-Radiohead, et même à du Radiohead tout court. De plus, il est bon cet album, et on est loin de la risible (et heureusement oubliée) tentative de James Iha des Smashing Pumpkins de livrer un album acoustique qui confondait délicat et gnangnan.

On reconnaît peut-être quelques gadgets sonores bien dissimulés sous Beyond Reason mais A Simple Life séduit par sa simplicité, sa retenue jamais austère. Et les morceaux reposent sur de jolies mélodies mélancoliques comme il faut dans le genre, comme le pratiquait Nick Drake par exemple (The Tie That Binds Us). Les cordes sont discrètes mais judicieuses, et on constate que c’est un de ces albums qu’il faut aller chercher soi-même, qui ne viendra pas vous hanter ou que vous trouverez sur le pas de la porte pour vous emmener en promenade. C’est ce qui lui coûte une étoile, parce qu’il se révèle vraiment attachant. Mais ce n’est pas lui qui vous enverra des cartes à Noël pour se rappeler à votre bon souvenir. Quoique je pense que je saurai m’en souvenir au moment de coucher mes préférences de l’année.

On ne peut pas dire qu’on retient tout, qu’on a envie de sortir en courant crier son allégresse. Mais rien n’embarrasse, et c’est une des missions principales. Et puis, le charme opère, et il s’est produit un moment où je suis passé de l’autre côté, de celui où cet album semble limpide, familier, rassurant. Il m’a donc convaincu pour sa valeur intrinsèque. Ce serait mentir de dire qu’un énorme songwriter est né mais quand on sait à quelle altitude croisent les têtes pensantes d’un des groupes les plus novateurs de la décennie précédente (je serais plus réservé sur celle-ci), on est forcément exigeant. Il n’en reste pas moins que cet album a été une excellente surprise, la connivence, comme dans les meilleurs cas, grandissant avec le nombre des écoutes. Ceci est donc un disque de niche mais on habite cette niche (si on peut dire).

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)