Accueil > Musique > 2004 > Mudflow : A Life On Standby

Mudflow : A Life On Standby

jeudi 10 août 2006, par Marc


Tant qu’il y aura des notes, tant qu’il y aura des riffs inoubliables, qui en quelques mesures vous retournent, tant qu’il existera des bribes de morceaux pareils, qu’on attend tout le morceau durant (l’intro harmonica de The River de Springsteen, plein de passages de Echoes de Pink Floyd, le solo de Comfortably numb des mêmes, des montées de Drunk Tank des Tindersticks, des hurlements de Thom Yorke sur Idiothèque, just a lifetime des Legendary pink dots, le second couplet de New Dawn fades de Joy Division, les premières notes de London Calling des Clash, l’intro de Unfinished sympathy de Massive attack, le riff de 36 degrees de Placebo, le refrain de Sometimes de Sophia et encore bien bien d’autres), on pourra continuer à faire des chroniques avec passion, même pour ne pas être lus. Tout ça pour dire que le riff de Chemicals du troisième album de Mudflow est de ces moments uniques, grâce sur un morceau qui n’avait pas besoin de ça pour déjà être très bon.

Dans la profusion des bons groupes belges, se trouve cet album assez inclassable qui marque l’apogée du genre dans les groupes bien de chez nous qu’on montre fièrement. Plus fin et abouti, plus osé dans ses mélodies et nettement profond, cette pop (musique d’abord facile, et c’est el cas, car tout tient à plaire facilement) est vraiment exceptionnelle. On le remarque sur le longueur de cette plaque sans point faible. Des imparables Unfinished relief et Today aux plus introspectifs How I get depressed and started a war et Song 1, on sent le d&sir de faire des chansons belles, tous simplement, sans effets de manche ni obscurité.

Le tout se clôture par le long New Eve, qui déborde volontairement du cadre du format pop de 3 minutes 30 sinon pas de passage radio et au dodo sans dessert.

A part les comparaisons purement qualitatives du début, un album qui ressemble suffisamment à aucun autre pour être un des meilleurs de la production actuelle. Mais que la musique peut être belle parfois. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)