Accueil > Musique > 2010 > Iliketrains - He Who Saw The Deep

Iliketrains - He Who Saw The Deep

jeudi 28 octobre 2010, par Fred, Marc

On aime train noir


En plus des groupes qu’on aime bien parce qu’on a pu les mettre dans un classement de fin d’année, il y a cette poignée qui a réussi l’exploit plus d’une fois. Ils se nomment Arcade Fire, Wolf Parade, Tv On The Radio, LCD Soundsystem ou The National. Ou bien Iliketrains. A ce propos, il est remarquable de constater que presque toutes ces formations ont sorti un album cette année. Lesquelles seront les premières à faire une troisième apparition ? Si vous me lisez régulièrement et si vous savez compter les étoiles, le suspense sera bien mince. Je le casse d’autant plus qu’on peut anticiper et d’emblée placer celui-ci dans le nombre

Tout le monde a une petite liste d’albums, de morceaux qui remettent d’aplomb en un instant, nous confirment dans notre statut d’être vivant. Des morceaux vibrants, qui entrent en résonance avec nos aspirations, notre vécu. Iliketrains m’en a fourni quelques-uns, que je liste par pur plaisir, pour pouvoir à la simple évocation capter de petites traces de Terra Nova, Rooke’s House For Bobby ou Spencer Perceval. On retrouve encore ici leur fascination de l’accident, du progrès et de la décadence. D’ailleurs, dire que cet album est fendant d’originalité pour tout qui les a déjà croiser relèverait de l’escroquerie intellectuelle. Pas qu’ils soient totalement apaisés, mais le premier abord est plus avenant, l’album plus ouvert, le tempo plus enlevé que le précédent. Ça sort peut être moins du lot mais ça fera moins peur aux enfants et aux belles-mères.

Mais pour les amateurs que nous sommes, les bonnes choses sont restées, comme cette propension à mêler chant profond et sons de guitare travaillés. Ce n’est donc pas du post-rock chanté, ce qui donne souvent des lignes mélodiques bancales, mais un rock sombre qui s’appuie sur des textures de sons issues du post-rock. A ce stade, je conviens que c’est de la tambouille de spécialiste, dont je vous abreuve déjà plus que de raison. Surtout que dans le cas qui nous occupe, la musique d’Iliketrains est viscérale, prend à l’estomac, n’hésitant pas parfois à centrer un morceau sur une basse ronde couplé à un chant grave et posé (Father’s Son). On sait, on peut dire ça de certains bons U2 aussi, mais ça peut produire une pépite de bonheur matinal pour navetteur.

C’est sans doute un peu frustrant pour le scribouillard et le lecteur, mais il y a des groupes « qui l’ont » et d’autres qui ne l’ont pas, ou moins. Et ce groupe-ci, sur album comme sur scène, est indéniablement de la première série. La voix du chanteur est ainsi un des détails qui font la différence. Elle peut s’épancher sur Sirens et surtout permet de vraies pures mélodies, qui confèrent à ces albums un très sérieux avantage (Hope Is Not Enough). De plus, elle peut porter à elle Progress is a Snake l’espace de quelques mesures durant lesquelles la guitare se tait. Puis les batteries se font irrésistibles mais c’est une autre histoire. Mémorable aussi est Sea Of Regrets, au final paroxystique destiné à se frayer une place parmi les morceaux déjà cités. When We Were Kings quant à lui ne figurera peut-être pas dans leur panthéon, mais même dans ces moments-là on leur est reconnaissant de ne pas nous lâcher. Il n’y a peut être pas une réussite fracassante sur chaque morceau mais le marquoir est clairement en leur faveur au coup de sifflet final.

Sans sucre ni lait, c’est comme ça que j’aime le café. Classieuse et mélancolique, c’est comme ça que j’aime la musique. S’il ne marque pas d’évolution majeure, cet album enfonce le clou des deux prédécesseurs qui m’étaient déjà très chers.

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Iliketrains - He Who Saw The Deep 29 octobre 2010 13:44, par Benjamin F

    J’ai du l’écouter trop rapidement. En fait j’y ai brièvement retrouver les mêmes défauts que le dernier Interpol et je n’ai (à tort) pas poursuit. Je vais retenter ma chance.

    Sinon dîtes moi Marc et Fred, quand vous signez tous les deux un article c’est que vous l’avez co-écrit ? Si oui comment ça se passe cette écriture à quatre mains ? (Je suis curieux, je sais^^)

    Voir en ligne : http://www.playlistsociety.fr/

    repondre message

    • Iliketrains - He Who Saw The Deep 29 octobre 2010 14:22, par Marc

      C’est vrai que c’est dans les deux cas du rock un peu sombre mais celui-ci est quand même bien plus convaincant. Bon, c’est un de mes groupes préférés dans l’absolu.

      En général, on écrit des notes, puis on regroupe, ce qui est un exercice plus ou moins difficile. On a même cosigné un article à quatre mais c’était vraiment compliqué à goupiller (le résultat est ici...

      repondre message

  • Iliketrains - He Who Saw The Deep 29 octobre 2010 21:53, par roydanvers

    Grosse déception pour moi. C’était pourtant également un de mes groupes favoris. Je n’accroche pas . Rien.

    repondre message

    • Iliketrains - He Who Saw The Deep 30 octobre 2010 18:18, par le cousin de la Reine de Trêfle

      ILIKETRAINS était un des groupes favoris de feu ma cousine, la Reine de Trêfle...C’est aussi l’un des miens ...
      (un peu) déçu par ce N°3... malgré la flamboyance et la majesté, toujours présentes ;
      mais , comme TINDERSTICKS, ou LAST HARBOUR (leurs cousins ...), toujours très au-dessus du tout-venant !

      repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)