Accueil > Musique > 2010 > Clinic - Bubblegum

Clinic - Bubblegum

vendredi 19 novembre 2010, par Marc

Carte de fidélité


En commençant l’écoute d’un album de Clinic, on sait ce qu’on va y trouver. S’ils ont pu se permettre quelques incursions hors de leur pré carré de temps à autres, il faut bien admettre que la variété n’était pas leur caractéristique principale. Il faut bien dire ce qu’il est, on pensait qu’ils commençaient à radoter franchement. C’est un des écueils possibles quand on a une personnalité musicale très reconnaissable.

Il faut quand même préciser qu’à l’intérieur de leur procédé, ils ont déjà apporté pas mal de variations. Allant de l’electro (excellent Come Into My Room) à l’americana dense sur Visitations, en passant par un fonds de commerce qui fait plutôt dans le post-punk rêche. Pourtant, on se laisse surprendre par les guitares acoustiques du début de ce Bubblegum. Je m’apprêtais à faire une petite vérification, m’assurer que rien n’avait changé. Et si on ne peut pas parler de révolution copernicienne dans ce cas, l’intérêt est suffisamment piqué pour donner envie de le relater. Il suffit en effet d’un peu de changement pour qu’Another Day Of Giving ressemble à la base de leur discographie. Lion Tamer quant à lui est un morceau qui aurait pu se trouver sur n’importe lequel de leurs albums.

Allons donc à la chasse aux incongruités. On les avait déjà croisés brièvement dans la balade acoustique et Linda est leur remise à jour de l’exercice, qui en l’espèce passe bien mieux que par le passé. Radiostory est une histoire racontée. Avec cet orgue et cette diction très anglaise, difficile de ne pas penser à certains Pulp millésimés eighties, quand ils attendaient chez Fire records leur succès qui ne viendra que dans la phase suivante. En ajoutant que figure sur cet album un instrumental qui sert d’habile respiration (Un Astronauta En Cielo), je pense qu’on aura fait un tour presque complet de ce millésime de ce groupe qu’on suit quand même depuis près de 10 ans.

La voix du chanteur semble parfois incongrue sortie de son style mais le décalage créé n’est pas désagréable. Toujours remplie d’écho, elle reste un peu nasillarde mais a toujours été un efficace contrepoint à leur son d’harmonica (je suppose que c’en est) tellement typique.

Essayer à coups de petites incursions de faire évoluer un style très typé est le challenge que se lance Clinic album après album. Et souvent, ils y réussissent. Vu qu’on n’attend pas d’eux un chef d’œuvre définitif mais une raison d’écouter leur prochaine production, on peut dire qu’ils ont réussi à nous garder en leur giron.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)