Accueil > Musique > 2010 > Engineers - In Praise of More

Engineers - In Praise of More

vendredi 22 octobre 2010, par Marc

Coussin d’air


Mine de rien, je viens d’encaisser un coup. Parce qu’en voulant retrouver le texte du premier album des Engineers, je me suis rendu compte que j’ai critiqué leur second album il y a un peu plus d’un an et que je ne m’en souvenais plus. Evidemment, avec près de 900 critiques au compteur ça peut arriver, mais c’est quand même une première pour moi.

A part stigmatiser mon vieillissement neuronal, cette introduction trop personnelle met au moins une chose en évidence : la musique des Engineers est scientifiquement programmée pour laisser le moins de traces possibles. La plus gros de ce que j’en disais à l’époque reste valable. Le côté balade éthérée s’est un peu estompé au profit d’une écriture plus resserrée, plus pop pourrait-on dire.

Je parlais de gouteur d’eau pour l’album des Annuals, je pourrais parler de gouteur d’air ici tant la structure de cette musique me semble évanescente. Évidemment, la tentation est grande de rester en surface, de profiter de ce nuage de son qui encapsule au final plus d’éléments qu’on pourrait penser de prime abord. Comme la photographie macro, il faut radicalement changer de point de vue pour distinguer les beautés cachées, et on se contente la plupart du temps d’admirer la pelouse ou la forêt sans nécessairement sortir le matériel. Ces périphrases bucoliques en disent long sur mon désarroi à décortiquer ce qui ne doit de toute façon pas l’être. Impossible de donner un avis différencié sur ces morceaux qui semblent tous sortis du même cocon ouaté. Je me bornerai donc à préciser que si ils augmentent le volume de temps en temps (To An Evergreen), ils gardent une retenue qui apparaît d’autant plus soyeuse. Et même quand ils s’essaient au up-tempo ils arrivent encore à rentrer les griffes (In Praise Of More).

Il y a des musiques comme ça, qui devraient être remboursées par la sécurité sociale, parce qu’elles pourraient sans doute aider à réduire la quantité de calmants absorbée par la population. Faites un geste pour votre gouvernement, faites-vous prescrire des Engineers. Blague à part, cette nouvelle livraison s’inscrit dans la droite ligne des précédentes tout en polissant encore ce son certes sans aspérités, mais qui cache plus de beautés qu’on pourrait déceler de prime abord.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Engineers - In Praise of More 28 décembre 2010 02:15, par Robja

    Je viens d’écouter, je ne connaissais que de nom. C’est harmonieux mais c’est aussi peut-être trop uniforme à mon goût. C’est sûr que c’est agréable, moi qui aime quand c’est éthéré et planant, à la manière de Sigur Ros. Mais ça me fait songer aussi et surtout à Jeniferever.

    (au fait, pour Cloud Cult, il y a un autre groupe vraiment proche d’eux : Freelance Whales).

    repondre message

    • Engineers - In Praise of More 28 décembre 2010 09:20, par Marc

      Ils sont en effet assez uniformes. Sur leur premier album cependant, ils arrivaient à se surpasser sur deux morceaux marquants.

      Ah oui, on a aussi parlé des Freelance Whales (c’est ici). Mais je trouve qu’il y a moins de folie. Ce que j’aime chez Cloud Cult (et c’est encore plus flagrant sur le précédent), c’est qu’ils me font penser à un groupe différent par morceau.

      repondre message

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)