Accueil > Critiques > 2004

Jean-Louis Murat : Parfum D’Acacia Au Jardin

jeudi 10 août 2006, par marc


Le moins qu’on puisse dire est que Jean-Louis Murat est prolifique. Moins d’un an après le double album Lilith, il revient. Non pas avec un Cd, ce serait trop facile. Il semble que ce soit de sombres histoires de droits qui amenèrent le sire à produire un... DVD. Mais comme il est livré avec un CD (qui reprend partiellement les titres de la partie visuelle) et que tous les titres sont inédits, il mérite de figurer dans cette rubrique.

Bon, reprenons les choses où on les avait laissées l’an passé. L’alternance d’albums importants et récréatifs semble se poursuivre. On a donc un Murat libéré et libérateur, semblant prendre du plaisir à en donner. Mais on sent que c’est cependant l’album du basculement, de celui qui va faire changer de statut notre Jean-Louis. Il a définitivement viré vers l’abstraction. On l’apprécie comme on apprécie Bob Dylan ou comme les anglophones aiment Brel. Sans trop comprendre ce qui se passe mais en supposant toute l’importance sous-jacente.

Mais alors, qu’y voit-on ? On voit quatre personnes appliquées à faire du folk-rock. Les mélancolies sont parfois superbes (Au cabaret) ou trop étirées (la plage titulaire) mais l’ambiance des images reste un superbe noir et blanc (dû à Don Kent, à qui on doit les riches heures musicales de Nulle part ailleurs).

Il y a des longueurs, certes et même pas qu’un peu si vous voulez mon avis. Les paroles sont de plus en plus absconses, mais sans les effets du genre ’cadavre exquis’ d’un Bashung, où l’intérêt ne naît que par hasard. Le charme opère néanmoins, par la grâce de mélodies faisant souvent mouche par leur simplicité et la facilité qu’elles ont à rester en tête (Dix mille - Jean - Louis d’or, Call baby call). Les morceaux lents sont très lents (écouter d’une traite Elle avait le béguin pour moi le matin ne vous aidera qu’à vous recoucher) mais bon, on écoute tout ça et on se dit que peut-être on n’aurait pas dû, que c’était une récréation. Puis non, il y a de véritables pépites et la mise en forme est tout sauf brouillonne. Donc, Jean-Louis ne convaincra sans doute personne de plus, mais ceux qui apprécient accepteront sans rechigner une nouvelle livraison. Il va devenir difficile de chroniquer Jean-Louis Murat et définitivement impossible de le faire de façon impartiale. J’ai choisi mon camp et l’intensité d’un Qu’entends-tu de moi que je n’entends pas sera dans mes souvenirs de cette décidément très belle année musicale. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)