Accueil > Musique > 2004 > Jean-Louis Murat : Parfum D’Acacia Au Jardin

Jean-Louis Murat : Parfum D’Acacia Au Jardin

jeudi 10 août 2006, par Marc


Le moins qu’on puisse dire est que Jean-Louis Murat est prolifique. Moins d’un an après le double album Lilith, il revient. Non pas avec un Cd, ce serait trop facile. Il semble que ce soit de sombres histoires de droits qui amenèrent le sire à produire un... DVD. Mais comme il est livré avec un CD (qui reprend partiellement les titres de la partie visuelle) et que tous les titres sont inédits, il mérite de figurer dans cette rubrique.

Bon, reprenons les choses où on les avait laissées l’an passé. L’alternance d’albums importants et récréatifs semble se poursuivre. On a donc un Murat libéré et libérateur, semblant prendre du plaisir à en donner. Mais on sent que c’est cependant l’album du basculement, de celui qui va faire changer de statut notre Jean-Louis. Il a définitivement viré vers l’abstraction. On l’apprécie comme on apprécie Bob Dylan ou comme les anglophones aiment Brel. Sans trop comprendre ce qui se passe mais en supposant toute l’importance sous-jacente.

Mais alors, qu’y voit-on ? On voit quatre personnes appliquées à faire du folk-rock. Les mélancolies sont parfois superbes (Au cabaret) ou trop étirées (la plage titulaire) mais l’ambiance des images reste un superbe noir et blanc (dû à Don Kent, à qui on doit les riches heures musicales de Nulle part ailleurs).

Il y a des longueurs, certes et même pas qu’un peu si vous voulez mon avis. Les paroles sont de plus en plus absconses, mais sans les effets du genre ’cadavre exquis’ d’un Bashung, où l’intérêt ne naît que par hasard. Le charme opère néanmoins, par la grâce de mélodies faisant souvent mouche par leur simplicité et la facilité qu’elles ont à rester en tête (Dix mille - Jean - Louis d’or, Call baby call). Les morceaux lents sont très lents (écouter d’une traite Elle avait le béguin pour moi le matin ne vous aidera qu’à vous recoucher) mais bon, on écoute tout ça et on se dit que peut-être on n’aurait pas dû, que c’était une récréation. Puis non, il y a de véritables pépites et la mise en forme est tout sauf brouillonne. Donc, Jean-Louis ne convaincra sans doute personne de plus, mais ceux qui apprécient accepteront sans rechigner une nouvelle livraison. Il va devenir difficile de chroniquer Jean-Louis Murat et définitivement impossible de le faire de façon impartiale. J’ai choisi mon camp et l’intensité d’un Qu’entends-tu de moi que je n’entends pas sera dans mes souvenirs de cette décidément très belle année musicale. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)