Accueil > Critiques > 2010

Avey Tare - Down There

samedi 11 décembre 2010, par marc


Maintenant que « faire de l’Animal collective » est en passe de devenir une discipline olympique (en démonstration à Londres), on attend les membres du collectif New-Yorkais au tournant. Pourtant, alors qu’on prévoyait une suite au brillant Person Pitch de Panda Bear, c’est Avey Tare qui surgit.

En tant que vocaliste principal d’Animal Collective, Avey Tare donne une coloration immédiatement reconnaissable, et il faut reconnaître qu’il arrive à distiller une euphorie bienvenue dans les compositions touffues du groupe. On retrouve donc ces mélodies tordues, ces chœurs qui semblent venir de la canalisation d’à-côté, un orgue en suspension, le tout sur un ton plus léger, plus évanescent. Comme parfois pour les projets solos, on se rend compte du rôle essentiel de la personne concernée dans le groupe, mais on doit aussi constater que le groupe repose aussi sur une alchimie propre qui rend le tout supérieur à la somme de ses parties. Vous aurez au passage constaté qu’il s’agit encore d’un de ces articles où l’introduction est étendue pour ne pas plonger dans le vif du sujet. Vous avez raison, c’est révélateur.

Dommage de constater qu’Avey n’a pas tellement d’arguments pour surnager dans un genre qu’il domine avec son groupe. On y retrouve donc les mêmes intérêts et limitations des Julian lynch, A Sunny Day In Glasgow et autres High Places. On est d’autant plus subjugués par la réussite des Animal Collective, Panda Bear ou Deerhunter. Parce qu’ici l’absence de structures, de rythmiques, empêche l’attention de se fixer, et ne passionne pas non plus par les textures de son (Ghosts Of Books). Il suffit pourtant d’un peu de beat pour que ça puisse enfin décoller. Mais cet artifice n’est pas employé de façon systématique. Tant mieux pour la variété sans doute, mais pour Heather In The Hospital, Lucky 1 ou Oliver Twist, on doit passer par des morceaux d’ambient décousu ou un Cemeteries qui ne convainc pas forcément.

Le phénomène a déjà été identifié en ces colonnes ou ailleurs. Dans les musiques plus abstraites, s’éloignant du format chanson pour se concentrer sur l’ambiance pure, il faut souvent un petit plus que je n’ai pas retrouvé ici. Le talent d’Avey Tare l’empêche de tomber dans l’anodin évidemment, et l’impression de retrouver un vieux pote est réjouissante, mais venant d’un membre d’un groupe qui a façonné tout un pan de la musique indépendante on attend une prise de position plus ferme, pas un produit dérivé, aussi agréable soit-il.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)