Accueil > Musique > 2010 > Aaron - Birds In The Storm

Aaron - Birds In The Storm

dimanche 7 novembre 2010, par Marc

Restons sur le chemin


Avec un regard un peu superficiel, Aaron c’est surtout un titre, le succès surprise d’un film qui a eu lui aussi une audience inespérée. La balade Lili (U-Turn) a été lessivée par les passages répétés, et fait partie de ces tout bons morceaux qu’on n’a plus envie d’entendre souvent. Dans la foulée de ce titre populaire, j’ai eu l’occasion de les voir par curiosité au festival de Dour. Le public parfois, heu… circonspect de ce festival leur avait réservé un accueil très chaleureux dont ils semblaient sincèrement surpris et ravis. Je n’avais certes pas été jusqu’à écouter le premier album en entier, mais le nom est resté dans un coin de ma tête.

En général, à part pour les groupes dont on a déjà envie a priori, il y a toujours une écoute exploratoire qui détermine si on lance des notes pour un article ou si on attend une opportunité de ne livrer que des commentaires. La première passe de ce Birds In The Storm (des oiseaux courageux comme chez Dominique A ?) semblait indiquer qu’il y aurait matière à commentaire. Tout d’abord, ils ont bâti leur renommée sur l’émotion d’un morceau qu’ils peineront à rééditer mais ils ont le bon goût de ne pas poursuivre cette chimère, même s’il en reste des traces au détour d’une mélodie réussie (Embers).

C’est ce que semble indiquer le premier Ludlow L. qui réussit dans sa mission de donner envie pour le reste. Un nom s’impose d’emblée, et restera comme une figure tutélaire pour cet album : Archive. On retrouvera en effet souvent ces fausses accélérations placides, cette volonté de monter uniquement sur épaississement du son. En plus, leur background n’est pas le même et le trip-hop suranné le hip-hop opportuniste ne sont pas là. On retrouve par contre la même ambivalence, l’envie de faire une musique chaude (qui veut susciter de l’émotion, donc) avec des ingrédients froids comme leur son d’une manière générale. Birds In The Storm est ainsi plus synthétique, ce qui n’apporte pas grand’ chose. C’est déjà ce qui m’avait frappé en concert, un vrai batteur aurait apporté un peu de chaleur pour remplacer des programmations de boîte à rythme pas très fouillées.

On sent que quand le chanteur monte sur Rise, il y a une conviction que la voix ne peut pas nécessairement assurer. C’est sans doute une limitation pour accéder à une émotion supérieure. J’aime ceux qui bouleversent, et ce n’est pas souvent le cas ici. C’est juste une petite précision qui explique que si j’applaudis le savoir-faire, je suis resté un peu sur le carreau question émotion, parce que certains passages lorgnent vers Coldplay, on est plus dans l’effet. Pure question de ressenti je vous l’accorde.

Aaron tente donc le grand écart, en proposant du spectaculaire et du désolé, voire des incursions vers un americana à la sauce européenne (Waiting For The Wind To Come). Mais ce dernier aspect est plus difficile à mettre en place, tout d’abord parce qu’avec un minimum de moyens il faut que tout donne son potentiel maximum, ensuite parce que ce qui semble tomber sous le sens pour des groupes du cru ne trouve que des échos ici. Et puis il y a cette part d’irrationnel, d’empathie qui se crée ou pas. Qui se crée chez Woven Hand, Lilium, ou sur certains Wolf Parade (on y pense sur A Thousand Wars). Oui, ce sont des comparaisons forcément rudes mais il n’y a pas de raison de diminuer ses attentes, si ? C’est que le simple fait de se retrouver en compagnie si élevée montre le potentiel. Qui est sans doute un peu dilué dans un album un peu long. Un tri mené avec discernement aurait mené à un album plus compact

Quand l’appréhension qu’on pouvait avoir à l’amorce d’un album se voit vite balayée, il faut conclure à la bonne surprise. Qu’on ne se méprenne pas cependant, le registre d’Aaron est très balisé, et leurs incursions hors de leurs qualités s’avèrent peu convaincantes. Mais en décidant de bâtir leur album sur du son, ils ont sans doute trouvé leur voie qui trouve déjà ici de puissantes racines.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)