Accueil > Musique > 2010 > Cocoon - Where The Ocean Ends

Cocoon - Where The Ocean Ends

mercredi 17 novembre 2010, par Marc

Fais dodo petit poisson


Il pourrait sembler paradoxal qu’un groupe qui s’appelle Cocoon prenne le grand large et se lance dans des délires cétacés. Quoique leurs amours poissonnières ne datent pas d’hier. Il me semble qu’ils parlaient déjà de sushis lors de leur concert des Nuits Bota… 2008. On peut donc dire qu’ils ont pris leur temps pour donner un successeur au plutôt réussi My Friends All Died In A Plane Crash. Rappelons quelques éléments (je suis payé à la ligne après tout). Elle c’est Morgane Imbeaud et elle est mignonne comme tout, qui a posé sa voix sur certains albums de Jean-Louis Murat. Lui c’est Mark Daumail et il est mignon comme tout. Ensemble, ils ont été découverts par Denis Clavaizolle (arrangeur et musicien pour le même Murat) et ont eu un joli succès dès la sortie de leur premier album.

En relisant l’article de l’époque, presque tout ce qui y est dit est encore d’application. Bon, d’accord, ce novembre pluvieux encourage l’écoute de cet album au détriment du reggae estival (j’adore l’été mais pas du tout le reggae ceci dit…). Ok, il est toujours chouette de pouvoir immédiatement reconnaître un groupe. Mais on trouve toujours dommage qu’il faille attendre le dernier morceau pour que la voix de Morgane s’exprime un peu seule. Les tempos sont un rien plus enlevés que sur le premier album, ce qui a comme conséquence immédiate d’éviter les moments plus délicats. Il en résulte une légèreté qui frise l’évanescence. Tout est joli, tout est gentil. Ce qui fait que par petites doses on peut être séduit par autant de jolies choses mais que sur la longueur de l’album, le pays des bisounours (ou son équivalent aquatique vu le thème)

En général, au moins un des paragraphes de nos articles essaie de se faire plus spécifique, de prendre quelques morceaux à témoin pour bien montrer qu’on a écouté les albums attentivement. Mais cette fois, je crains que plusieurs écoutes n’aient pas laissé passer la moindre particularité. Allez, disons que Baby Seal sort du lot, notamment grâce à sa mélodie plus réussie. Les cordes d’un Oh My god et d’une manière générale, n’apportent qu’un peu de profondeur. Ce sont de jolis ornements, certes, mais on en connaît des usages plus fondamentaux. Et on en vient à penser que leur chance est de viser un marché français moins saturé en albums de ce genre.

Avec un nom pareil, on conçoit que la musique de Cocoon se vive avec une couette. Mais en se débarrassant des moments plus directs et émouvants, cet album peine à se différencier de ses centaines de semblables et ce retour se cantonne dans une musique de fond soyeuse alors qu’un esprit plus aventureux pourrait leur ouvrir des portes plus larges que celles de la chambre.

http://myspace.com/listentococoon

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Cocoon - Where The Ocean Ends 17 novembre 2010 09:17, par Laurent

    Pour moi, on est dans le syndrome classique - et vas-y que je me répète encore une fois - du disque qui offre une face A franchement emballante (je trouve chaque morceau de la première moitié au minimum intéressant) puis où on se fait grave ch... sur la face B. Testé sur un trajet vers les Ardennes avec témoin mignon comme tout pour en attester : ça démarre vraiment bien et puis les chansons n’en sont plus, juste des déclinaisons d’une même évanescence (comme tu le dis si bien) qui s’apparente en fin de compte à une absence d’idées, au vide, au rien. Rrrrrrrrrr... zzzzzzzzzzzz...

    repondre message

  • Cocoon - Where The Ocean Ends 17 novembre 2010 11:48

    36min pour un album c’est un peu du foutage de gueule je trouve.. Surtout vu le nombre de piste intéressante, escroquerie ?

    repondre message

  • Cocoon - Where The Ocean Ends 17 novembre 2010 14:21, par Benjamin F

    Musicalement je ne prête aucun crédit à ce groupe mais humainement je les trouve vraiment sympathiques.

    En revanche, j’adore cette pochette, cette baleine qui flotte dans les airs comme un énorme colosse dans Shadows Of The Collosus...

    Voir en ligne : http://www.playlistsociety.fr/

    repondre message

    • Cocoon - Where The Ocean Ends 17 novembre 2010 15:20, par Mmarsupilami

      Un peu anecdotique, effectivement.

      Même thème de cover de baleine dans la montagne pour le superbe Rettet Die Wale de l’autrichienne Gustav.

      repondre message

      • Cocoon - Where The Ocean Ends 18 novembre 2010 12:56, par Marc

        On dirait qu’il y a un consensus pour les trouver mignons, avec une belle pochette, mais faisant de la musique qui ne nous passionne pas. Dans cette mesure, un album trop long n’aurait pas été bienvenu...

        repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)