Accueil > Musique > 2004 > Mylo : Destry Rock ’n Roll

Mylo : Destry Rock ’n Roll

jeudi 10 août 2006, par Marc


C’est le début d’une nouvelle année. Donc on ’rattrappe’ les albums qu’on a raté de peu. Comme celui-ci, acclamé mais dont le single ne m’avait pas des masses emballé (Drop the pressure).

Tout commence par deux titres à tendance lounge (musique qui m’horripile en général) qui évoquent Air dans leurs moments apaisés.
Mais comme le second (Sunwormshipper) présente la rédemption par le vélo, je me calme un peu. Bon, les choses plus consistantes commencent avec Muscle car qui incite à une volonté de balancer la tête fort plaisante. Il y en a même une seconde version plus loin, ce qui nous refait balancer la tête. Mylo s’occupe de nos cervicales et ça s’est bien d’autant plus qu’avec des paroles le morceau est mieux.

Bon, le single passé (qui ne me convainc toujours pas), on entend un sample années ’80 rigolo (In my arms : est-ce qu’un trentenaire avancé peut me confirmer que c’est du Bonnie Tyler ?)
Destroy rock ’n roll : Lenny Kravitz nous avait déjà fait le coup avec Rock ’n roll is dead (qui sentait le renfermé avec du sous-led-zep). On se dit : ouh, une arme de destruction massive. Et dans ce cas-ci c’est un peu le cas. Il s’agit d’une mise en sons d’un imprécation anti rock-n-roll-qui-pervertit-notre-belle-jeunesse. Rigolo et défoulatoire.
Guilty of love : pour l’introduction, j’ai tout de suite pensé à la musique des animations videos cheap... Ou alors c’est du millième degré et ça m’échappe.

Ressemble (en mieux tout de même) aux titres mous de Daft punk ou Cassius (Rikki). Un morceau comme Otto’s journey révèle bien l’ambivalence du propos : avec un volume poussé fort dans une voiture ça peut bien donner, mais si on s’imagine un montage video de vacances à deux balles ça cadre malheureusement aussi.

Il m’a fallu des années pour découvrir que Hundred days off d’Underworld est peut-être leur album le plus abouti. Peut-être que je suis un ignare. Mais je me suis fort ennuyé à l’écoute de Mylo. Même si une des grandes qualités reste la variété des climats plus apaisés ou plus nerveux. Ceci dit, pour moi c’est plutôt considéré comme musique de fond (pourtant, je promets avoir essayé ddes écoutes attentives). C’est un risque de toute façon assumé quand on pratique par intermittence un tel easy-listening. Et puis tout dépend de votre humeur. Bien disposé, c’est même amusant (on flaire souvent le second degré). Pas le messie annoncé mais pas non plus rédhibitoire. Ceci dit, ne s’impose que si vous avez déjà Magnus, Soldout et Miss kittin. ( M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)