Accueil > Musique > 2010 > Blackie & the Oohoos - Blackie & the Oohoos

Blackie & the Oohoos - Blackie & the Oohoos

mercredi 3 novembre 2010, par Laurent

Joyeux cafard


Jusqu’il y a peu, j’avais le sentiment que 2010 s’était montré avare de spécialités du terroir. Le rock belge ne semblait pas avoir beaucoup d’émissaires à disperser sur la scène internationale et quand bien même, la modestie complexée qui entérine notre culture engendre cette perpétuelle retenue, l’impression que nos artistes ne sont pas à la hauteur. Aussi, à rebours d’un chauvinisme qui nous siérait mal, on a parfois tendance à sous-évaluer le potentiel de nos compatriotes. Force est pourtant de constater que cette année nous aura réservé quelques agréables surprises, en particulier ces derniers temps où nous parviennent diverses exhalaisons typiques : disques irréprochables mais sans additifs addictifs, productions naturelles garanties sans OGM. De l’artisanat, au fond.

Si j’envisagerai éventuellement plus tard de vous entretenir du retour d’An Pierlé, à qui on pense souvent ici, les anti-héros du jour s’appellent Blackie & the Oohoos. Un groupe dont tous les membres sont blancs et où les « oohoos » ne sont sans doute pas des cris de joie simpsoniens, mais bien les plaintes lugubres d’une paire de fantômes nostalgiques. Sur des titres en deux temps comme Loveboy ou Over Again, on les entend frotter leurs chaînes l’une contre l’autre, mais chaque fois la vie reprend ses droits et l’ambiance n’est jamais foncièrement morose : comme la diva nocturne qui joue sa sérénade dépressive dans un piano-bar et dont le visage s’illumine au moment où le détective fait son entrée.

Parce que les sœurs Loesje et Martha Maieu, flamandes francophiles (superbe plage cachée dans la langue d’Elio Di Rupo), sont des filles plutôt joviales dans la vie. Mais leur musique est indéniablement nyctalope, emprunte autant au hululement de l’effraie (Devil Child) qu’au hurlement du loup (Alone Again), bref tout ce qui fait « oohoo » avec la lune en point de mire. Dans son élégance soyeuse, la... fratrie – puisqu’aucun terme n’existe dans notre sexiste langue pour laisser le féminin l’emporter – évoque à tour de rôle le charme un peu lisse d’autres crooneuses du plat pays telles que Laïs ou Vaya Con Dios (You). Non, ne partez pas ! Au final, les roses noires de Blackie possèdent suffisamment de suc et d’épines pour toucher davantage aux fragrances acidulées d’Elysian Fields et Shivaree (Nemo).

Le caractère dominant, sur ce premier album maîtrisé, reste cependant associé aux nappes gentiment inquiétantes qui irradient l’introduction de Lovebirds, cette forme poétique de hantise adoucie au métallophone, ce jeu d’enfant à se faire peur pour rire. Plutôt que de chercher à s’engoncer dans une obscurité de façade, un spleen sans crédibilité, Blackie & the Oohoos nous invitent à une danse macabre régulièrement badine : c’est l’étrange tango de Mr Jack, une balade délicieuse au pays dont les revenants ne reviennent qu’en farandole. On ne sait où nos Anversoises sont allées attraper ce joyeux cafard mais, de toute évidence, il est franchement contagieux.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

2 Messages

  • Blackie & the Oohoos - Blackie & the Oohoos 3 novembre 2010 09:49, par mmarsupilami

    Bon, c’est pas pour faire de mon nez, mais je crois que la chouette effraie ne hulule pas, elle chuinte (un cri). Par contre, la chouette hulotte crie aussi (elle chuinte), mais surtout, elle hulule. Je te suggère pour mieux assimiler ces éléments en vue d’une prochaine chronique de t’exercer un peu avec le Papi. Cela permet d’ailleurs de constater que finalement, le hululement n’est guère si éloigné des cris de joie simpsoniens.
     :-DDDDD

    Quant à notre perpétuelle retenue, ben oui, je n’ai même jamais entendu parler de ces jeunes artistes qui habitent dans le même pays confetti que nous. Ce n’est pas peu dire ! Mais ta chronique répare ça et me donne envie de les écouter. Je vais les chercher.

    Ceci dit, si on parle "scène internationale", il y a un nouveau Ozark Henry. Pas écouté...

    repondre message

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)