Accueil > Musique > 2011 > Foo fighters - Wasting Light

Foo fighters - Wasting Light

vendredi 26 août 2011, par Fred

Sortie du désert.


Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl.
Ce mec est cool, point barre.
De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre d’inviter Jimmy Page à jouer avec lui à Wembley ou de faire un album avec John Paul Jones.
Ajoutez les nombreuses collaborations (QOTSA, NIN, entre autres) qui renforcent sa crédibilité et le temps où il n’était "que" le batteur de Nirvana semble bien lointain. (mince, il l’est en fait)

Les derniers albums en retrait par rapport au début de leur carrière avaient cependant du mal à justifier ce statut d’icône rock. Que dire de la molesse de Echoes, Silence, Patience and Grace.

Le single Rope et la production au main de Butch Vig (Nervermind, Siamese Dream etc) avait réveillé mon intérêt. Alors, fausses promesses ?
Et bien non, le single annonce bien le retour de la couille... euh pardon, de l’énergie. Bridge Burning déboule sur des airs évoquant les QOTSA. Et l’influence de Josh Homes, on la sentira tout au long de cete album.
Dave sait toujours manier la balade rock avec succès (Dear Rosemary, Arlandria). Les voix sont doublées comme il faut. C’est beau, bien fait et on se laisser aller.
Une chanson positive, au tempo enlevé, on en trouve au moins une sur chaque album des Foo. Cette fois elle se nomme Back and Forth. Elle sonne comme un clin d’oeil à Breakout sorti en 2000 sur There Is Nothing Left to Lose.
La jouissive montée en crescendo de Walk, lui évite de tomber dans la même catégorie.
Véritable brûlot Hard Rock, White Limo est un hommage à Motörhead.
Justement, c’est l’alternance entre sons plus agressifs et harmonies marshmallow typiques des Foo qui fait l’équilibre de cet album.
On est aussi surpis par l’ampleur de certaines compos (I should have known avec Novoselic), qui n’hésite pas rameuter cordes et cuivres pour faire monter le niveau de pathos dans le rouge. C’est finalement fort linéaire comme progression et on évite le kitsch de peu mais ça marche.

Voilà, on a beau ne plus rien attendre de Foo Fighters, on est encore surpris de les trouver en si bonne forme. Certes, la formule n’est pas neuve mais les morceaux sont bons, c’est bien foutu et surtout l’envie est là.

C’est donc à n’en pas douter leur meilleur album depuis "The colour and the Shape" en.... 1997.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)

  • The Strokes - Angles

    Concept vs pâquerettes
    Dans la courte série des groupes instantanément classiques, il faudra comptee The Strokes. Sans doute que dans l’absolu, leurs deux premiers albums n’étaient pas des jalons de l’histoire de la musique mais ils étaient tellement imparables qu’ils ont réveillé bien des ardeurs. Ces ardeurs se sont un peu estompées, les survivants de cette vague étant quand même moins fringants.
    Il s’est écoulé cinq ans depuis unFirst Impressions On Planet Earth qui m’avait occasionnellement séduit à (...)