Accueil > Musique > 2011 > The Decemberists - The King is Dead

The Decemberists - The King is Dead

jeudi 20 janvier 2011, par Marc

Réconciliation (I)


Le temps modifie la perception d’un album et des éléments nouveaux nous font réviser des avis. C’est ce qui s’est passé pour moi avec The Crane Wife des Decemberists. Son successeurThe Hazards Of Love insistait tellement sur certains des aspects progressifs pompiers que ce qui ne m’était apparu comme flagrant avait été révélé par cette nouvelle vision. Mais ça n’a pas suffi à refroidir mon enthousiasme, et j’ai attendu leur dernière livraison avec curiosité.

Le retour prend d’emblée une forme country avec Don’t Carry It All. Ce simple terme aura déjà fait fuir les caractères les moins trempés. Qui auraient pu rester pourtant, parce que cette composante très ricaine n’est pas la dominante de cet album qui marque un virage vers un format qui se concentre sur les chansons. Alors, oui, pour tout ceux qui estiment que Springsteen n’est pas un gros mot, il y a du plaisir à prendre avec Down By The Water qui montre que les Decemberists ne manquent pas de souffle, mais on ne perdra jamais de vue qu’on n’est pas à l’abri de vrais morceaux de steel guitar sur Dear Aver ou Rise To Me ou d’un emploi très classique de l’harmonica, comme dans les Bob Dylan des années ’60. C’est un marqueur culturel indéniable, et si ça nous déroute parfois, il ne faut pas oublier de quel terreau provient la musique folk qu’on a tendance à polliniser à l’envi ces derniers temps. Paradoxalement, le titre de l’album se veut un écho au Queen Is Dead des Smiths, dont Colin Melloy a toujours clamé l’admiration, lui qui semble ici tellement éloigné de Manchester.

Quand on a ôté les aspects plus progressifs aux Decemberists, il reste au final un folk-rock fatalement plus convenu. Mais, fort heureusement, leur amour de la chanson bien faite est là pour réjouir ceux qui comme moi sont restés sur le pas de la porte de leur précédente allégorie. Ils sont en effet capables d’un songwriting d’une limpidité rare qui éclate au grand jour sur June Hymn ou January Hymn. De plus, ils arrivent à sortir d’un carcan americana balisé pour prendre encore plus d’ampleur sur le très réussi This Is Why We Fight. Et la la simplicité pop qui avait occasionnellement ravi sur The Crane Wife revient sur Calamity Song. On s’étonnera donc moins de la présence sur cet album de Peter Buck, guitariste de REM.

Une fois le cadre américain admis, leur côté « passe-moi mon lasso, je rassemble le troupeau », il y a pas mal de choses à aimer sur cet album des Decemberists. Quand ils ne s’égarent pas dans des fresques un peu grandiloquentes, ils peuvent dans un format plus compact montrer qu’ils sont sans doute un des talents les plus manifestes de l’époque, ce qui est palpable sur certains morceaux présents ici.

Il n’y a maintenant plus qu’à lire l’article de Benjamin sur Playlistsociety

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

12 Messages

  • The Decemberists - The King is Dead 20 janvier 2011 14:40, par Benjamin F

    Oui la référence à Springsteen correspond bien à mon idée de The Decemberists comme pilier d’une certaine idée de la musique américaine. Comme tu dis on est en phase. (Pour le Iron & Wine, no comment^^)

    repondre message

  • The Decemberists - The King is Dead 20 janvier 2011 15:04, par Le Yéti

    Bah... je pense pareil en fait. J’arrivais pas trop à mettre des mots sur cet album un poil décevant quand même :/

    Voir en ligne : http://iamleyeti.com

    repondre message

  • The Decemberists - The King is Dead 20 janvier 2011 16:11, par Laurent

    En termes de phase, je me lançais précisément dans ma première écoute de l’album au moment de tomber sur la fraîche publication de ton article. Donc déjà, faut vouloir injurier quelqu’un en le traitant de Springsteen, je ne me permettrais pas en tout cas. Sinon, vu que je n’ai rien à dire alors que j’entame à peine la plage 3, je vais nettoyer le ranch pendant la pâture et je te rends le lasso après. ;D

    repondre message

    • The Decemberists - The King is Dead 20 janvier 2011 17:48, par Mmarsupilami

      Empiler ça sur Abigail, c’est costaud, hein, Laurent !
      I am a poor lonesome cow-boy.
      Sinon, après lecture des deux articles, je vais l’écouter. Ils viennent à Anvers bientôt aussi...

      repondre message

      • The Decemberists - The King is Dead 20 janvier 2011 21:10, par marc

        @Benjamin F

        Il faut qu’on dise à Laurent que Springsteen ce n’est pas nécessairement un gros mot.

        @Yéti
        Difficile en effet de complètement s’emballer. Mais certaines chansons sortent vraiment du lot

        @Laurent

        Laurent, Benjamin et moi on a un truc à te dire...

        @Mmarsupilami

        Pour Abigail, je ne suis pas certain de vouloir aller encore plus loin que ceci dans le bluegrass...

        repondre message

        • The Decemberists - The King is Dead 21 janvier 2011 10:11, par Mmarsupilami

          Benjamin, Marc, j’ai un truc à vous dire : "Allez vous faire Springsteeniser..."
           :-D

          repondre message

        • The Decemberists - The King is Dead 21 janvier 2011 16:26, par Mmarsupilami

          Au fait, Marc, on avait parlé de concerts au Bota.
          Je serai à Freelance Whales et à Suuns (j’ai les places).
          Et probablement à Wire (pas encore les places).
          Pour qu’on me reconnaisse, j’aurai un pain français sous le bras (je dis "français" parce qu’on est entre Belges) !
           :-D

          repondre message

  • The Decemberists - The King is Dead 21 janvier 2011 20:22, par Laurent

    C’est vraiment une coïncidence mais j’ai complété aujourd’hui même ma discothèque avec le diptyque "Human Touch" / "Lucky Town", et oui, je savais pertinemment que ce sont là les deux sous-albums du Boss. Néanmoins le disquaire faisant faillite, le prix défiait toute concurrence. Ça va springsteeniser, chérie.

    repondre message

  • The Decemberists - The King is Dead 4 mars 2011 14:39, par tofque

    Bonjour à tous,

    J’ai découvert ce site par hasard et je le trouve vriament bien fait, merci pour ces nombreux chefs-d’oeuvre de critiques !
    Pour parler de l’album, je le trouve vraiment très bon, cela dit je pense que le contexte de l’écoute est très important ici...
    Mon contexte étant : sous casque en traversant le grand canyon en courant (je n’ai pas encore eu l’occasion d’essayer :p)

    Sinon, petit erratum : le titre s’appelle Down by the Water et non Down by the River...

    repondre message

    • The Decemberists - The King is Dead 4 mars 2011 18:17, par Marc

      Merci et bienvenue, tu es aussi chez toi !

      Je pense que c’est surtout une musique de grands espaces d’une manière générale. Pour courir, je ne suis pas certain. Mais tu nous raconteras hein !

      J’ai corrigé la faute d’attention, merci pour ça.

      Bon week-end aussi

      repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)