Accueil > Musique > 2010 > Darkstar - North

Darkstar - North

vendredi 12 novembre 2010, par Laurent

Déboussolé


« Ma seule étoile est morte, et mon luth constellé porte le soleil noir de la mélancolie. » Cet astre trépassé brille pourtant de mille feux glacés, attisés dans un septentrion sordide. Ces trajets vers le nord, déprimantes excursions imposées loin de la ferveur londonienne, ont délayé les survoltages 2-step dans un abîme de grisaille. Le rayonnement des premiers exploits, des premiers émois au format 12 pouces, s’est terni comme un cœur ralentit ses battements. Dear Heartbeat, tu vibres à présent au gré d’un piano déboussolé. Mais tu te repères au firmament et, aucun doute, c’est toujours le nord qui t’appelle.

Tandis qu’on marche aux côtés d’Angelo Badalamenti, vague sherpa pour soutenir nos pas tremblotants, des échos s’échappent des crevasses et ils ont la candeur de Robert Wyatt (In the Wings). Pourquoi chercher à noyer l’innocence sous quelque torrent de connecteurs illogiques ? Two Chords, ça fera l’affaire. Aucun déchirement palpable dans ce spleen sans fin, on n’est pas là pour déchiqueter à la va-vite ; mais on sectionne, méthodiquement, on sélectionne périodiquement. On hache avec la précision impitoyable du pistolet-mitrailleur de Portishead (North), pour laisser derrière soi des corps engourdis. Plus qu’un Burial pour les enterrer dignement.

When It’s Gone, le deuil ne dispense pas de se souvenir. « Tu me rappelles l’or », celui d’un âge parfait où les amours étaient synthétiques (Aidy’s Girl Is a Computer). Le chagrin aussi. La désillusion semblait factice alors, mais maudits soient ces lochs désolés qui sont comme des odes à notre finitude (Deadness). Le dubstep, ce mort-vivant en perpétuelle résurrection, a suivi l’étoile du nord comme un roi mage en quête d’une nouvelle profondeur. Où la trouver sinon dans les enfers, de doux enfers où aucune âme n’a envie de mugir ? Et sa musique d’accompagner ce pèlerinage vaporeux, « modulant tour à tour sur la lyre d’Orphée les soupirs de la sainte et les cris de la fée ».

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

4 Messages

  • Darkstar - North 12 novembre 2010 11:30, par mmarsupilami

    Des références qui donnent envie. Surtout Wyatt, je ne me tiens plus quand on le cite !!!
     ;-)

    repondre message

  • Darkstar - North 12 novembre 2010 11:40, par Benjamin F

    Je l’ai écouté brièvement mais comme ça je dirais que je me retrouve mieux dans le billet de Chroniques Electroniques : http://www.chroniqueselectroniques.net/article-darkstar-north-59496408.html

    Mais bon forcément parce que c’est toi je vais réécouter :)

    Voir en ligne : http://www.playlistsociety.fr/

    repondre message

    • Darkstar - North 12 novembre 2010 16:34, par Laurent

      Je pense que c’est immanquablement le genre de disque qui va (continuer à) faire grincer les fans purs et durs d’électro et ravir les fans (purs et mous) de rock à pathos. Sans peur aucune de la mélasse, je persiste et signe en mielleux avocat du diable et vanterai longtemps encore les mérites même les plus prévisibles de ce bel album.

      PS : Benjamin, merci de m’accorder ce crédit ! Pour info, j’ai vraiment été convaincu à la quatrième ou cinquième écoute donc ne t’accroche pas trop longtemps si ça te fait mal... ;)

      repondre message

  • Darkstar - North 13 novembre 2010 15:15

    Soit cet album est aussi brillant que le poème que tu utilises pour ta chronique, et dans ce cas je me jette dessus et j’en fait l’album de la décennie, soit le poème est une bonne façon de redorer le blason d’un album peu apprécié, et rien que pour ça, je ferais quand même l’effort de l’écouter.

    repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)