Accueil > Musique > 2011 > The Dark Water Hymnal - Collapse The Structure

The Dark Water Hymnal - Collapse The Structure

mardi 1er février 2011, par Marc

Souffle au coeur


Les principales motivations derrière ces critiques, ce sont le plaisir d’écoute, la découverte et le partage. Les deux premières étant remplies pour moi, il est temps de passer à la troisième et vous souffler à l’oreille un nom que vous connaissez peut-être.

Dans le folk ample avec une volonté héroïque, les exemples sont nombreux, mais ils pêchent parfois par une trop grande discrétion, ce qui rend des formations comme Local Natives, Freelance Whales ou Seabear attachantes mais moins. N’allez pas chercher plus loin l’origine de la quatrième étoile. Si pour vous l’absence de guitare électrique entraine un tempo nonchalant et de la dépression compacte, vous risquez d’être surpris. Oui il reste du violon (avec ce son-là, on parle plus volontiers de fiddle), omniprésent même. Ils ont aussi souvent recours à une batterie en retrait mais très enveloppante. ça marche toujours. On pense aux sympathiques The Rural Alberta Advantage, ou, plus déroutant, aux disparus The Aloof. On complétera le survol de leur panoplie en évoquant les deux voix qui tirent les morceaux. A ce propos, il y a même moyen de déceler des accents de Brandon Flowers. Nooon, revenez, je n’en ai détecté que des bribes sur Wherever We Are. D’une manière générale, c’est le premier album de My Latest Novel qui est le point de référence le plus fiable.

Non, monter sur un roulement de batterie n’est pas l’idée la plus novatrice de la décennie en cours mais Chandeliers fonctionne et c’est tout ce qu’on lui demande après tout. Pareillement, The Wind And The Waves dégage une bonne dose de bonnes choses. Même s’il peut sembler facile de laisser filer le tempo pour accrocher l’oreille, The Quiet séduit immanquablement.

Heureusement, ils ont pensé à ne pas trop lisser le son. La patine indie est donc fort présente, et augmentera donc la connivence. De plus, ils ont le bon goût de ne pas sonner comme du sous-Arcade Fire, la performance mérite d’être saluée. Dans cette catégorie, c’est une performance qui mérite d’être mentionnée.

La main sur le cœur et l’archet au fusil, The Dark Water Hymnal avance fièrement, montrant que l’héroïsme, c’est mieux quand c’est fait à la main et pas à coups d’artifices de production. C’est pour moi une de mes découvertes de ce début d’année, parce que si bien des groupes intéressants nous avaient livré des albums subtils, ils manquaient souvent de l’énergie qui suinte ici de tous les morceaux

www.myspace.com/thedarkwaterhymnal

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)