Accueil > Critiques > 2011

The Dark Water Hymnal - Collapse The Structure

mardi 1er février 2011, par marc

Souffle au coeur


Les principales motivations derrière ces critiques, ce sont le plaisir d’écoute, la découverte et le partage. Les deux premières étant remplies pour moi, il est temps de passer à la troisième et vous souffler à l’oreille un nom que vous connaissez peut-être.

Dans le folk ample avec une volonté héroïque, les exemples sont nombreux, mais ils pêchent parfois par une trop grande discrétion, ce qui rend des formations comme Local Natives, Freelance Whales ou Seabear attachantes mais moins. N’allez pas chercher plus loin l’origine de la quatrième étoile. Si pour vous l’absence de guitare électrique entraine un tempo nonchalant et de la dépression compacte, vous risquez d’être surpris. Oui il reste du violon (avec ce son-là, on parle plus volontiers de fiddle), omniprésent même. Ils ont aussi souvent recours à une batterie en retrait mais très enveloppante. ça marche toujours. On pense aux sympathiques The Rural Alberta Advantage, ou, plus déroutant, aux disparus The Aloof. On complétera le survol de leur panoplie en évoquant les deux voix qui tirent les morceaux. A ce propos, il y a même moyen de déceler des accents de Brandon Flowers. Nooon, revenez, je n’en ai détecté que des bribes sur Wherever We Are. D’une manière générale, c’est le premier album de My Latest Novel qui est le point de référence le plus fiable.

Non, monter sur un roulement de batterie n’est pas l’idée la plus novatrice de la décennie en cours mais Chandeliers fonctionne et c’est tout ce qu’on lui demande après tout. Pareillement, The Wind And The Waves dégage une bonne dose de bonnes choses. Même s’il peut sembler facile de laisser filer le tempo pour accrocher l’oreille, The Quiet séduit immanquablement.

Heureusement, ils ont pensé à ne pas trop lisser le son. La patine indie est donc fort présente, et augmentera donc la connivence. De plus, ils ont le bon goût de ne pas sonner comme du sous-Arcade Fire, la performance mérite d’être saluée. Dans cette catégorie, c’est une performance qui mérite d’être mentionnée.

La main sur le cœur et l’archet au fusil, The Dark Water Hymnal avance fièrement, montrant que l’héroïsme, c’est mieux quand c’est fait à la main et pas à coups d’artifices de production. C’est pour moi une de mes découvertes de ce début d’année, parce que si bien des groupes intéressants nous avaient livré des albums subtils, ils manquaient souvent de l’énergie qui suinte ici de tous les morceaux

www.myspace.com/thedarkwaterhymnal

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)