Accueil > Musique > 2010 > The Bewitched Hands - Birds and Drums

The Bewitched Hands - Birds and Drums

mardi 14 décembre 2010, par Marc

French glam


Idéalement, on devrait pouvoir s’extraire de toutes les contingences à l’abord d’un album. Mais ce n’est pas souvent possible. Précisons donc d’emblée que The Bewitched Hands (ils ont laissé tomber le On The Top Of Our Heads) est une formation de Reims qui s’exprime en anglais. Ce n’est évidemment plus incongru à l’heure où un Phoenix a un succès international et où des artistes aussi emballants que Syd Matters ou Sebastien Schuller viennent faire la nique aux clichés, mais montre une volonté d’ouverture au monde qui ne devrait pas se montrer réticent. Si toutefois le monde aime la musique bien faite, ce qui reste à prouver.

Dans le grand jeu des familles, on pense de toute façon très vite à des cousins canadiens, que cette liberté s’exprime dans la langue de Florent Pagny (enfin si on veut pour Malajube ou Karkwa) ou pas (Islands). Il manque peut-être un côté plus épique ou émouvant, mais ce n’est pas la voie qu’ils ont choisie. Ils ont d’ailleurs surtout choisi de ne pas choisir un genre prédéfini. On passe donc de l’ampleur psychédélique d’Happy With You au délire glam de So Cool (c’est là qu’on pense à Malajube). Et ils enchainent le proto-punk (n’oublions pas que le glam est un de ses précurseurs) de Cold à la simplicité pop et à l’entrain seventies de Work. Outre l’immédiat single radiophonique Sea, ils peuvent faire très simple (Out Of Myself), voire pratiquer un pop presque crétine mais réjouissante (Kings Crown). C’est un des deux effets possibles (l’autre étant l’exaspération).

Pris dans son contexte de groupe français, The Bewitched Hands est une sérieuse bonne surprise. Quand on décide d’ignorer cette finalement secondaire contingence géographique, cet album est d’une folie qu’on a déjà aimé chez quelques autres formations, souvent canadiennes. Au-delà d’un single radiophonique, il y a de la substance sur ce Birds And Drums, ce qui nous donne un album au parfum seventies (ils ne sont jamais que les 236èmes cette année) traversé par une envie communicative.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • The Bewitched Hands - Birds and Drums 14 décembre 2010 14:11, par Fred

    Comme d’habitude, je suis assez d’accord avec toi.
    Dans leurs morceaux les plus psychés, on pourrait aussi les rapprocher de Kasabian.

    Mais j’ai pourtant trouvé l’ensemble trop policé à mon goût. C’est peut-être ça aussi qui empèche le souffle épique attendu.

    repondre message

    • The Bewitched Hands - Birds and Drums 14 décembre 2010 17:21, par Mmarsupilami

      Très commun, non ? Si c’était anglo-saxon, ce serait dans le grand ventre mou...
      J’avoue que je vais l’écouter un peu plus, mais j’ai quelque problème à comprendre l’engouement de nos amis d’Outre-Quiévrain !

      repondre message

  • The Bewitched Hands - Birds and Drums 14 décembre 2010 19:05, par Spiroid

    Pour répondre à tout le monde, et à Marsu, c’est vrai que le groupe fait de la musique qui en soit n’a rien d’exceptionnel, mais j’ai été tellement agréablement surpris par la maitrise, la qualité et l’enthousiasme dont ils font preuve sur cet album que ça a été un coup de coeur. Un peu chauvin comme réaction, c’est certain, mais indéniablement sympathique comme album.

    Voir en ligne : http://tascapotosina.blogspot.com/2...

    repondre message

    • The Bewitched Hands - Birds and Drums 15 décembre 2010 09:53, par Marc

      Donc tout le monde s’accorde à trouver ça bon. Il m’a personnellement manqué une émotion que Malajube arrivait à ajouter à un morceau comme Etienne d’Août ou La Fin, mais je dois reconnaitre qu’ils passent facilement d’un genre à l’autre. Pas inoubliable, sans doute, mais prometteur (n’oublions pas que c’est un premier album).

      repondre message

      • The Bewitched Hands - Birds and Drums 15 avril 2011 15:08, par fusco

        Bonjour,

        Pierre Lescure reçoit dans son émission "Tôt ou tard", The Bewitched Hands de 13h30 à 17h30 le vendredi 29 avril 2011.

        L’enregistrement s’effectue à la Plaine Saint Denis, l’émission est totalement gratuite.

        Pour toutes inscriptions : idille-emissions.tv ou par téléphone au 01 41 31 85 85

        Voir en ligne : emission tv

        repondre message

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et l’autre qui sautille entre classique et une forme de pop avancée, l’univers de Friedrich Brückner semble (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)