Accueil > Musique > 2010 > Tamaryn - The Waves

Tamaryn - The Waves

jeudi 18 novembre 2010, par Laurent

Chabada bada


Résumé de l’épisode précédent :
... Tamaryn donne dans le shoegazing gothique, entre l’intransigeance sonore de The Jesus & Mary Chain et la présence chamanique de Siouxsie Sioux...
... une voix de damnée habitée par le feu et la glace en plein duel fratricide, et l’odeur du stupre qui transpire de chaque pore...
... Tamaryn nous laisse sur des promesses qu’il va falloir tenir. En partant du principe qu’un album entier devrait multiplier par deux le plaisir que procure ce mini-trip, il va de soi qu’on guettera sa sortie de très près...

Il y a six mois, il y a un siècle, il y a une éternité. Souviens-toi l’été dernier, cher lecteur – là-bas on l’appelle l’été indien – quand je t’invitais à découvrir l’univers fascinant de Tamaryn, ce duo san franciscain rivé sur ses pédales d’effets, ces mages soniques guidés par une voix d’apocalypse et capables de faire succomber n’importe quel nostalgique d’un certain rock eighties amer aussi bien que ceux qui aiment leur shoegazing avec deux sucres et un nuage de lait. À l’époque – il y a six mois, il y a un siècle, il y a une éternité – je promettais de te tenir au jus, parce que le premier long play de Tamaryn poursuivait sa gestation et qu’on serait aux premières loges le jour de la parturition.

Or voilà plus d’un mois à présent que quelques timides bacs osent afficher son graphisme rêche, et je n’ai toujours rien trouvé à en dire. Dans ces cas-là, et parce que je suis un homme de parole, c’est presque en me forçant que je vais te révéler ce que j’en pense. D’abord, il faut bien admettre que cette fine couche de pop qui fluidifiait les premiers émois de Tamaryn semble, à première vue, aux abonnés absents. Cependant que des titres comme Love Fade ou – à la rigueur – Dawning ne manquent pas d’une relative séduction, on ne peut, d’autre part, traverser “The Waves” qu’en état de perpétuel renoncement, voire franchement groggy.

L’excellente plage titulaire concourt d’emblée à nous rendre hagard, et sa plus-value mélodique prouve que le groupe n’a à peu près rien perdu de son savoir-faire. On retrouve par ailleurs, disséminés sur le disque, les bons souvenirs de leurs tourbillons contondants (Sandstone) ou de leurs incantations macabres (Cascades). En fin de parcours, Mild Confusion ressuscite même l’époque où une new wave balbutiante s’efforçait de construire sa personnalité par mimétisme sur son grand frère punk ; et le morceau de déterrer allègrement le riff du Gloria de U2 – celui des concerts dans les caves et du fondamentalisme chrétien.

Mais le ton général de l’album ramène au paysage désolé qui orne sa jolie pochette. C’est le cœur d’un shoegazing qui regarde ses pieds non pour enfanter une distorsion digne de sa rage étouffée, mais pour se complaire dans une forme d’auto-contemplation révulsée et dépressive. Cela peut donner de superbes ballades vidées de tout espoir (Choirs of Winter) mais aussi, parfois, confiner au plus pur immobilisme (Haze Interior). Si toi aussi, cher lecteur, tu étais tombé en amour pour les beaux cieux de Tamaryn, tu ne regretteras pas de la suivre dans sa catalepsie, mais tu ne pourras légitimement qu’attendre son retour sous des auspices moins plombés. Qui sait ? Dans six mois. Dans un siècle. Dans une éternité.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

3 Messages

  • Tamaryn - The Waves 19 novembre 2010 10:58, par Benjamin F

    C’est important d’être un homme de parole :)

    "C’est le cœur d’un shoegazing qui regarde ses pieds non pour enfanter une distorsion digne de sa rage étouffée, mais pour se complaire dans une forme d’auto-contemplation révulsée et dépressive." Pas mieux.

    Voir en ligne : http://www.playlistsociety.fr/

    repondre message

  • Tamaryn - The Waves 25 décembre 2010 06:46

    Je découvre votre site. Très bien fait, bravo. Je viens d’écouter Tamaryn et ça me fait penser à Warpaint et surout à Kyte. C’est très beau aussi.

    repondre message

    • Tamaryn - The Waves 26 décembre 2010 08:46, par Laurent

      Merci, et bienvenue à toi dont les comparaisons sont des plus pertinentes ! Au plaisir de te retrouver en 2011 sur un rythme plus soutenu, la fin d’année étant comme tu t’en doutes consacrée à une relative hibernation...

      repondre message

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)