Accueil > Musique > 2010 > Cee Lo Green - The Lady Killer

Cee Lo Green - The Lady Killer

lundi 22 novembre 2010, par Laurent

Crac-boum-hue


Ne soyons pas bégueules : Fuck You, le gros carton de la rentrée, est un des meilleurs singles de l’année. Beaucoup moins niais que le tube du même nom chanté par Lily Allen, nettement plus chaleureux que l’invective lancée auparavant par Archive, le majeur tendu de Cee Lo Green possède l’élégance des grands classiques Stax et chercher à y résister relèverait de la pire mauvaise foi. Ce qui, en revanche, ne manquera pas d’alimenter le moulin des esprits chagrins, c’est que la version édulcorée qui martèle encore et toujours les ondes s’intitule Forget You et qu’elle a été préférée en plage 3 de l’album, quand l’originale se voit reléguée en bonus track. Bon, les listes d’écoutes sont faites pour pallier ce genre d’ineptie, mais ça gâche tout de même le plaisir du format physique. Quitte à placer un joli sticker pour avertir du contenu explicite, autant se montrer explicite en plage 3.

Mais commençons par le commencement. « Hello there. My name is... not important. » Ainsi se présente, sur fond de thème jamesbondien enfumé et jazzy, celui qui a déjà sorti deux efforts solo restés presque anonymes mais que la terre entière reconnaît comme la voix de Gnarls Barkley depuis l’adoubement Crazy. Profil bas ou, a contrario, revendication implicite d’un statut de superstar dont il sera difficile d’abdiquer au vu des perles qu’enfile “The Lady Killer” comme si c’était tous les jours dimanche ?

D’emblée, les cordes somptueuses qui satinent le très synthétique Bright Lights Bigger City – énième variation sur le mythique You Only Live Twice de John Barry – montrent en tout cas que le Géorgien a mis les petits plats dans les grands. Volontairement ou non, Cee Lo Green se donne du mal pour prouver que son compère Danger Mouse n’a jamais été la seule tête pensante de Gnarls Barkley. Entouré par une jolie brochette de producteurs, il offre un disque d’une appréciable variété, parfois un rien impersonnel mais toujours relevé par sa voix d’or et ouvertement tourné vers son côté piège à filles : vous savez, ce piège tabou, ce joujou extra qui fait crac-boum-hue.

En Barry White gonflé à l’hélium, il faut bien dire que l’homme vert a aussi de quoi faire craquer les garçons. Une jolie dose de doo-wop fier à bras (Satisfied, Cry Baby), des indices de soul rétro-futuriste (Wildflower) et un duo particulièrement savoureux de blues malsain avec la Duffy des Flandres, j’ai nommé : Selah Sue (Please). C’est clairement dans son côté obscur qu’on préfère le soulman poupin ; Bodies est le titre qui incarne le mieux ici, et avec une immense classe, le penchant connu de Cee Lo Green pour les couplets pessimistes et les histoires sordides : la confession d’un assassin sur fond de basses sensuelles et de soupirs tendus, une bande-son de film noir joué par des noirs.

Tout cela sonne à la fois vintage et moderne, comme ce Old Fashioned qui porte trop bien son nom de par le tribut évident qu’il paie au r’n’b guimauve des années 50, et qui se révèle évidemment comme une jolie prouesse de producteur, moins artificielle pourtant que les travaux d’un Mark Ronson. Si tous les morceaux ne sont pas de l’acabit du tube qui le porte à bouts de bras, “The Lady Killer” reste donc un album fort réussi dans un genre qui a connu d’autres francs succès en 2010. Ni le plus authentique, ni le plus novateur, il confirme à tout le moins l’excellente santé d’une musique séculaire mais toujours excitante ; l’âme, après tout, est censée être éternelle.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • The Black Keys - El Camino

    Autoradio
    Au fond, peut-être que Dan Auerbach et Patrick Carney ont lu notre critique de “Brothers” et qu’ils ont tenté de suivre à la lettre le conseil qu’on leur glissait à demi-mots : faire plus court et plus pop. On reprochait à leur précédente galette de contenir un tube énorme qui, comme par hasard, était le seul morceau produit par Danger Mouse ; ce coup-ci, Brian Burton est crédité à la composition de tous les titres, officiellement promu au rang de troisième membre du duo. On déplorait le fait (...)

  • Tinariwen - Tassili

    On avance
    Avancer dans le désert avant que le désert n’avance sur toi. À ce stade d’un parcours où sa vision du blues ne semble pas avoir dévié d’un grain de sable, Tinariwen continue pourtant d’aller de l’avant. Et jamais le groupe touareg n’a été plus fascinant, jamais sa musique n’a atteint d’aussi hautes dunes de beauté hypnotique. Reconnus aujourd’hui comme citoyens maliens par un gouvernement qu’ils ont affronté, des années durant, avec leurs guitares pour armes de poing, ils poursuivent cependant (...)

  • Charles Bradley - No Time for Dreaming

    Fièvre et langueur
    Les Dap-Kings sont vraisemblablement à la musique soul ce que Jon Spencer est au rock’n’roll : d’irréductibles résistants qui ont toujours su entretenir la flamme sacrée du genre bien avant qu’il ne revienne en odeur de sainteté, quitte à s’inscrire en porte-à-faux des goûts du jour, jouer les essuyeurs de plâtre pour ne récolter, au final, qu’un maigre salaire pour leur fidélité – l’essentiel des ressources ayant été partagées entre-temps par une oligarchie d’arrivistes mieux sapés, (...)

  • Plan B - The Defamation of Strickland Banks

    Bon plan
    Il est toujours intéressant de constater que ce qui fait la pluie et (rarement) le beau temps outre-Manche n’aura pas si souvent les faveurs du continent. Vu d’ici, cela semble parfaitement logique mais musicalement parlant, cela tend à prouver que les cultures locales ne cessent de s’émanciper par rapport à l’antique modèle anglo-saxon. Disons en tout cas que contrairement à maints poppeux ou rockeurs européens qui visent à la fois l’universalité du fond et le niveau international de la (...)

  • Janelle Monáe - The ArchAndroid

    Délivrer l’humanité
    Dans un commentaire récent, j’osais suggérer qu’il était peut-être temps d’arrêter d’écouter de l’indie-rock, ce genre aux contours flous et au son de plus en plus gâteux. Je ne plaisantais qu’à moitié : nous sommes en 2010 et, au terme d’une décennie de bons et loyaux services, force est de constater que les deux tendances majeures des dix dernières années – le retour du rock à guitares binaire grâce aux Strokes et aux White Stripes, les foutoirs organisés popularisés par Arcade Fire – (...)

  • Theophilus London - This Charming Mixtape

    Si c’est offert, je me sers...
    Le statut de ce Theophilus London est un peu difficile à comprendre au regard de cette Charming Mixtape sortie en ce début 2009. Rapporté comme étant un jeune Mos Def, il semblerait ainsi que ce soit un MC, un vocaliste jammant dans les clubs de Brooklyn, sur des beats composés ou mixés par MachineDrum.
    Et pour ceux qui s’intéresse au style, aux découvertes, aux productions de N.E.R.D. et autre Outkast, mais également à une electro plus britanique (Entendez Big Dada, (...)