Accueil > Musique > 2011 > The Cave Singers - No Witch

The Cave Singers - No Witch

lundi 21 mars 2011, par Marc

Le charme de l’artisanat


On se dit qu’on ne nous y reprendra plus de tenter de remplir un article, de sortir les arguments au forceps, de s’imposer cette maïeutique critique. On aurait tort pourtant de n’y voir qu’un masochisme forcené, parce que la confusion du critique peut se doubler du plaisir de l’auditeur lambda (ce sont la même personne après tout). The Cave Singers, c’est donc un de ces nombreux groupes de l’entre-deux, sortant assez peu de morceaux marquants pour vraiment décrocher la timbale, mais suffisamment attachants pour qu’on écoute toutes leurs sorties.

Et il y a fort à parier qu’on reviendra quoiqu’il arrive vers le groupe de Seattle (tu as pensé ‘grunge’ ? Tu as un gage), parce qu’on apprécie toujours la proximité de cette voix éraillée, qui sonne comme un cliché du genre mais permet de se remettre très facilement dans le bain ou parce que le violon vient souvent à propos pour ajouter un peu de liant.

Mais comme vous êtes venus pour avoir un avis et une analyse superficielle, je me dois de vous dire qu’on constate sur cet album une patte plus seventies, voire même occasionnellement orientalisante (Outer Realms). Haystacks et ses chœurs féminins sonne comme une version roots des Rolling Stones (pas ma référence la plus usée ici).

Ils durcissent aussi quelque peu le ton (Black Leaf), ce qui ne suffit pas pour en faire de dangereux terroristes sonores. D’ailleurs, une certaine lenteur leur va aussi bien au teint (Distant sures). Leur nervosité s’exprime par l’emploi de fuzz sur la guitare, comme chez Two Gallants dont on est sans nouvelles, et il est fréquent qu’un morceau s’articule autour d’un gimmick de guitare (Haller Lake), comme chez les Dodos qui s’exposent plus qu’eux à un retour de flamme de hype. Sur l’album précédent, on pouvait encore compter sur Leap qui était plus immédiatement séduisant que le reste. Ce genre de morceau manque ici.

Ce n’est pas péjoratif de reconnaître que les Cave Singers ne sont pas des leaders dans leur style. On a pu lire parfois que les critiques sont des gens blasés et musiciens manqués sur les bords. Pour ma part, je clamerai toujours mon admiration de ceux qui continuent à prêcher leur musique honnête et artisanale sans que la médiatisation ne vienne leur élargir l’audience (tiens, ce n’est pas super heureux comme formule).

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)