Accueil > Musique > 2010 > Ghost of a Saber Tooth Tiger - Acoustic Sessions

Ghost of a Saber Tooth Tiger - Acoustic Sessions

vendredi 3 décembre 2010, par Laurent

« Life’s what happens to you while you’re busy making other plans »


Difficile de recenser aujourd’hui le plus grand songwriter vivant. Mais il y a fort à parier que si un certain Mark Chapman ne s’en était mêlé il y a de cela tout juste trente ans, il en aurait aujourd’hui septante (ou soixante-dix, pour notre lectorat international). Cet anniversaire est comme toujours l’occasion rêvée pour certains opportunistes de lancer quelques rééditions mercantiles ; pour leurs clients mélomanes, c’est surtout celle de (re)découvrir l’éblouissante perfection d’un album tel que “Plastic Ono Band” ou l’excellence insoupçonnée de “Double Fantasy”. Voire, pourquoi pas, de prendre conscience que le petit enfant bercé jadis par Darling Boy a décidément bien grandi.

Comment envisager une carrière artistique lorsqu’on est le fils de John et Yoko, qu’on a grandi en regardant papa interpréter des chansons qui ont changé la face du monde, en voyant maman honnie pour son intolérable appropriation du génie public ? Sean Lennon a balayé ces questions en n’embrassant la production discographique qu’à de longs intervalles et surtout, en assumant totalement son héritage. C’était, du moins, particulièrement flagrant sur son second et magnifique album “Friendly Fire”, recueil de ballades lumineuses où son chant évoquait de façon plus que bluffante la période new-yorkaise du pater.

Entre-temps, il a signé la bande-son expérimentale d’un spectacle autour d’Hamlet et un morceau pour le top model roumain Irina Lazareanu – une chanson qui m’obsède depuis des années et qui n’a jamais été suivie du moindre embryon de parcours musical pour la fille en question. Pour autant, Sean Lennon n’en a pas fini avec les mannequins. La preuve, son cœur en a élu un autre et, suivant à la lettre les préceptes de sa figure tutélaire, il a enregistré un disque avec elle. Cela dit, vu qu’aucun groupe n’a splitté, on ne verra sans doute aucune voix s’élever pour traiter la ravissante Charlotte Kemp Muhl de tous les noms. Au contraire : c’est un groupe qui naît – et se voit traiter d’un seul nom, mais à coucher dehors : Ghost of a Saber Tooth Tiger.

Peut-on, doit-on y voir un projet à long terme ? Pas évident : comme pour légitimer l’aspect récréatif de cette escapade à deux, le couple l’intitule “Acoustic Sessions”. Implicitement, ça ne sonne pas comme un debut album officiel. Encore que. Les chansons, habillées comme il se doit des frusques les plus légères, sont malgré tout d’une réelle élégance. Les voix se répondent avec une évidence naturelle, garçon et fille partageant le lead et l’idylle d’un titre à l’autre. Vu d’ici, ça pourrait ressembler à un énième lot de bûches à consommer à feu ouvert un dimanche matin, entre le chocolat chaud et les batailles de boules de neige. Mais on ne saurait réduire quelqu’un qui a assisté à la composition de Woman sur un piano blanc au statut de premier Cocoon venu (de Clermont-Ferrand).

Si rien ici n’est prêt à bouleverser son époque, la profondeur est inaltérable et l’intérêt, sur 35 petites minutes, ne saurait décemment faiblir. Il faut dire tout de même que les titres dominés par Sean l’attisent d’autant mieux, lui dont l’organe subtil est capable d’emmener un Rainbows in Gasoline bien au-delà de sa valeur primaire. Et c’est sans compter l’appui de l’élue de son chœur, contrepoids éthéré d’un chant déjà suave, reflet vaporeux comme celui qui illustre la pochette du disque. Quand ces deux voix-là se sentent trop seules au monde, c’est un entrelacs d’instruments célestes qui les soulèvent comme une chorale d’enfants malins dirigée par Danny Elfman (Dark Matter White Noise).

Même confronté à sa virile solitude, parce que The World Was Made for Men, Lennon fait acte d’ubiquité en accordant son pas sur celui d’Elliott Smith, quand il ne se pique pas de marcher sur les traces de tonton Paul (Robot Boy et son je-ne-sais-quoi d’And I Love Her). Pour l’avoir vu en concert – et c’était superbe – on sait que son français est délicieux ; il n’en prononce pourtant pas un mot sur Jardin du Luxembourg, peut-être échaudé par un duo un peu vaseux avec -M- il y a quelques années. Préférant parfois les borborygmes aux arrangements sirupeux (Shroedinger’s Cat), ce duo-ci professe sa soif de simplicité au détour de chaque changement de corde.

Insidieusement, ces “Acoustic Sessions” finissent par vous contaminer de leur amour, forcément passéiste, pour un certain pop-folk fort en vocalises de la fin des années 60. Peu à peu aussi, les a priori s’estompent pour permettre d’entrevoir le rôle joué par Charlotte Kemp Muhl qui, loin de faire de la figuration, apporte à ces chansons bien plus qu’une part de candeur. Mais évidemment, ce sont les retrouvailles avec un artiste rare et précieux qui font de l’album du jour un moment si savoureux, cette graine de géant dont son père disait, peu avant de mourir : « I can hardly wait to see you come of age, but I guess we’ll both just have to be patient. » Quelque part entre les anges, sa patience est largement récompensée.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)