Accueil > Musique > 2011 > Fujiya & Miyagi - Ventriloquizzing

Fujiya & Miyagi - Ventriloquizzing

dimanche 23 janvier 2011, par Marc

Réconciliation (II)


Il y a les artistes qu’on n’aime pas, et pour lesquels les justifications sont rationnelles ou non. Nous sommes normaux, subjectifs, soumis à nos affinités électives. Et puis il y a ceux pour lesquels on a du respect, dont on comprend la démarche mais qui ne nous parlent pas parce qu’il y a un petit quelque chose qui manque pour nous faire chavirer (je n’étais pas le seul). Dans le cas du trio anglais, j’avais toujours trouvé leur musique intéressante aussi bien sur album qu’en live, je trouvais que l’énergie n’était pas suffisante pour transformer une certaine tension en transe (ou en hypnose). La comparaison avec des groupes plus nerveux dans leur rayon comme Caribou n’était pas en leur faveur pour moi.

Pourtant, impossible de ne pas les reconnaître du premier coup d’oreille, tout est là. Un chant très effacé, presque chuchoté. On ne peut pas les accuser d’être outrancièrement tapageurs d’une manière générale. Le premier morceau part dans des semi-délires psychédéliques. Demi parce qu’on est quand même dans une musique policée. Mais il y a de l’intensité sur Sixteen Shades Of Black And Blue, une ambiance plus pesante. On retrouve comme chez énormément de nos contemporains une forte influence de Can, notamment sur la remontée d’acide de Ok, Cat Got Your Tongue. Ils en sont plus proches encore maintenant qu’ils semblent plus lâches, moins policés (Taiwanese Roots).

Il faut toujours une référence ou deux, un point de comparaison pour bien montrer qu’on est attentifs à trouver des ressemblances partout. Par exemple, le petit synthé aigre de Suicide sur Tinsel & Glitter. Quant à Universe, la mélodie du clavier est identique à celle d’In The Garden des Einturzende Neubauten. Ce n’est pas une indication, bien sûr, mais je m’en serais voulu de vous avoir laissé à une frustrante recherche de similitudes.

Evidemment, quand le ton se fait un peu plus nerveux comme sur Pills ça passe très bien évidemment, même si comme en aéronautique augmenter la vitesse est un des seuls moyens de maintenir en vol un aéronef à la portance limitée. A l’extrême opposé, on a l’impression qu’en ralentissant le tempo, ce serait du Air qu’on entendrait. Je serai complet en indiquant quand même que mon attention a souvent fléchi en fin d’album.

Réconciliation ? Le terme est sans doute un peu erroné. Je sentais confusément qu’il faudrait soit un petit changement dans leur musique ou dans mes attentes pour que le charme opère. Such a little thing makes such a big difference a chanté Morrissey en d’autres temps et c’est un peu ce que je ressens ici, puisque je suis passé d’une froide distance à une addiction légère, cette musique plus faite pour vous faire dodeliner de la tête que vous plonger dans une transe irrépressible semble en tous cas avoir atteint son rythme de croisière.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Evangelista - In Animal Tongue

    Beauté monstrueuse
    Parmi les labels chouchous des amateurs d’indé exigeant, nul doute que la maison canadienne Constellation fait partie des mieux cotées, que ce soit pour sa contribution à l’envol du post-rock ou son intransigeance. Connue – façon de parler – pour être la première artiste allochtone à s’y faire embaucher pour un CDI, Carla Bozulich s’est depuis lancée dans une pléthore de projets dont le plus brillant reste vraisemblablement son groupe phare Evangelista. Une plateforme pour ses envies de (...)

  • Wu Lyf - Go Tell Fire to the Mountain

    Much ado about nothing
    On va tout de suite se calmer. Dans une première moitié de 2011 qui proclame davantage la bonne forme des talents confirmés qu’elle ne révèle de nouvelles têtes essentielles, le premier album de Wu Lyf était attendu comme le messie par une horde de zombies en manque de chair fraîche et prêts à enfoncer des portes (ouvertes) au premier murmure de la hype. Ça, pour sûr, l’énigmatique groupe anglais a su faire le buzz avec une stratégie marketing vieille comme Mylène Farmer : le (...)

  • Faust - Something Dirty

    Canal historique
    Des guitares zèbrent le ciel, le clavier tombe en pluie, une voix perce le brouillard. Vous l’aurez remarqué, la météo n’est pas au beau fixe et les amateurs de cartes postales ne sont pas à la fête. I Lost The Signal propose ainsi pour un blues ralenti et tendu un peu inquiétant par la voix vénéneuse de Géraldine Swayne. Something Dirty ménage d’autres surprises, comme son introduction Tell The Bitch To Go Home qui sonne assez garage., tout en ajoutant suffisamment de bruit pour qu’on (...)

  • Trotz Ensemble - Love Is Strange [Rough Cut]

    Le charme du contre-emploi
    « On appelle une musique expérimentale quand l’expérimentation a raté ». Cette phrase magnifique m’a souvent aidé à appréhender certains groupes qui soumettent à l’écoute des brouillons inaboutis qui n’ont aucun intérêt intrinsèque mais qui peuvent avoir servi de rampe de lancement à des choses plus matures. Mais ici, l’aspect jusqu’au-boutiste est indispensable. Parce que la crainte maladive de prendre l’auditeur à rebrousse-poil peut amener à faire des compromis qui rendent la (...)