Accueil > Musique > 2011 > Esben & the Witch - Violet Cries

Esben & the Witch - Violet Cries

mercredi 19 janvier 2011, par Laurent


On les a découverts l’an dernier avec un EP prometteur et un clip perturbant juste comme il faut. On les a vite associés à Tamaryn, pour cette même propension à titiller leur thanatos au sommet de murs distordus. On s’est plongé dans leur première aventure discographique longue durée sans trop savoir si on trouverait le chemin de la sortie. On a erré quelque temps en se disant que personne ne pouvait décemment concevoir ce genre de dédale anxiogène sans y cacher une clé. À défaut de mettre la main sur quelque chose qui y ressemblerait, on s’en est alors fabriqué une. Et on entend la partager.

Sur la pochette de “Violet Cries”, une forêt. Une évidence : nul autre endroit ne saurait proposer de meilleures conditions d’écoute à cet album hanté. Les couleurs sont loin d’être criardes, mais évoqueraient davantage l’incertitude d’une vision infra-rouge. Les bois, la nuit, et une sorcière pour rendre la promenade létale. D’emblée, Argyria évoque l’étrange maladie résultant d’une surexposition à l’argent ; armé de nos silver bullets, on redoute l’attaque d’un lycanthrope ou de quelque démon échappé des temps mythologiques (Eumenides). Le pas est d’abord prudent mais s’accélère rapidement au gré des battements du cœur, se transforme en course effrayée tandis que les hurlements de Rachel Davies accompagnent la stridence du vent.

Les fantômes qui chuchotent entre les feuilles sont bien connus : Siouxsie & the Banshees à leur plus oppressant, Sisters of Mercy en version brûlante ou, çà et là, les Cure pornographes. Quand les voix profitent de l’obscurité, elles peuvent sans peine se prétendre innombrables. Plus près de nous, c’est la froideur martiale de These New Puritans qui frappe encore au détour de Battlecry / Mimicry, quand Esben & the Witch emprunte occasionnellement le sentier de la guerre (Warpath et ses agressions de guitares particulièrement new wave, le terrifiant Marching Song déjà présent sur l’EP et ramené ici au plus compact.

Régulièrement, “Violet Cries” autorise tout de même les égarés à reprendre leur souffle. Sur Marine Fields Glow ou le glacial finale Swans, on a presque la chance de se croire mort et de pouvoir se reposer éternellement d’une lutte trop éreintante pour sa survie. Car l’angoisse est du reste omniprésente, quand chaque tentative d’échapper à la sorcière finit par nous ramener au face-à-face, une ubiquité sadique qui nous perd un peu plus dans ces fausses pistes tortueuses (Hexagons IV, dont le titre ésotérique nous inviterait plutôt à dessiner un pentagramme où se protéger du malin).

Cela étant, les formules lancées par Esben & the Witch finissent par rendre intelligible la formule de la peur. Comme dans une horreur de série Z, les motifs sont souvent les mêmes et pourraient paraître éculés : déchaînement interrompu par un moment de solennité incantatoire (Light Streams), échos tendant vers l’infini (Chorea), ne manque qu’un peu de bave de crapaud pour parachever une potion infaillible. C’est malheureusement à rester trop servile à ses grimoires que la sorcière oubliera de se méfier des radotages. Si l’on en croit la légende, elle finit éclatée en copeaux de roche. Inutile de prédire le même sort au trio de Brighton, qui vient de nous offrir un premier album pétrifiant.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

4 Messages

  • Esben & the Witch - Violet Cries 19 janvier 2011 10:55, par Le Sto

    Sur le papier tout à l’air très bien et puis c’est vrai qu’au fond c’est un peu trop cliché, référencé et maniéré pour vraiment nous prendre par les sentiments. On reste un peu à côté de leur route en regardant passer "Violet Cries" sans réellement savoir si on a envie de s’accrocher au wagon ou pas. Perso j’ai laissé passer le train...

    repondre message

  • Esben & the Witch - Violet Cries 19 janvier 2011 19:33, par ma mère

    Merci pour la découverte, j’aime bien !

    Voir en ligne : http://mamereetaithipster.blogspot.com/

    repondre message

  • Esben & the Witch - Violet Cries 19 janvier 2011 20:34, par Laurent

    @ Le Sto
    On est globalement sur la même longueur d’ondes même si je remonterai volontiers dans le train quand il repassera.

    @ Ma Mère
    Avec plaisir, maman ! Je découvre très régulièrement des choses super chez toi (je crois que je te dois une partie de mon top 2010), donc si je peux te rendre la pareille de temps à autre...

    repondre message

    • Esben & the Witch - Violet Cries 23 janvier 2011 21:16, par ma mère

      oh merci infiniment ! et bien je suis flattée car je trouve ton blogue hyper bien fait (même si je n’y commente pas souvent, je le suis assurément !). Enfin bref, merci et heureuse du partage mutuel :D

      Voir en ligne :  :)

      repondre message

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)