Accueil > Musique > 2011 > Oh No Oh My - People Problems

Oh No Oh My - People Problems

samedi 29 janvier 2011, par Laurent

Bien huilé


« I try hard not to repeat myself but I’m drawing circles in my mind. » Voilà peut-être comment, sur Circles & Carousels, Greg Barkley cherche à se justifier d’écrire indéfiniment la même chanson. Mais que cette chanson est bien écrite ! Teintée à la fois d’un tendre vague à l’âme et d’une fraîche énergie juvénile, cette plume-là doit autant à l’évidence claudicante de Clap Your Hands Say Yeah qu’au peps mélancolique d’un Ben Folds. Du coup, le groupe sonne comme maints autres héritiers de cette indie-pop gentiment geek, parmi pléthore de noms aussi méconnus tels que Winter Gloves, Harlem Shakes, et à vous de compléter à l’envi.

J’avais sagement pris mes distances avec cette frange d’universitaires nasillards qui pratiquent leur rock comme on s’investit dans un kot à projet, constatant sans révisionnisme déplacé qu’ils ne constitueraient jamais qu’un détail de l’histoire du genre. Cependant, au détour de l’un ou l’autre excellent album (celui des Suckers par exemple), j’apprenais à me réconcilier avec mes vieux amis. D’autant qu’Oh No Oh My avaient laissé derrière eux le souvenir d’un premier album pétillant et d’un de ces morceaux parfaits pour animer les fins de barbecues arrosés (The Party Punch, tout un programme).

C’est donc avec un certain plaisir qu’on retrouve le quartette de Nashville avec des prétentions plus affirmées et une poignée de bonnes chansons pour les soutenir. Presque à tous les coups, on retrouve leur formule miracle : introduction acoustique, présentation de la rythmique et de discrètes programmations, des couplets souvent assez contagieux pour pouvoir se passer d’un vrai refrain, et une chute savamment amenée pour rehausser le tout. De manière heureuse, plusieurs morceaux parviennent néanmoins à se distinguer en proposant de légères variations à ce qui constitue, du reste, une mécanique bien huilée.

C’est ainsi que Walking Into Me tient la route avec un son de synthé plus ringard que les mœurs devraient l’autoriser ; que Brains a des accents de générique de série signé Mike Post ; que quelques arrangements soignés font résonner ici une trompette (Again and Again), là un mélodica (Not the One) ou encore, à diverses reprises, un quatuor à cordes (I Don’t Know, entre autres). Ailleurs, Oh No Oh My se plaît régulièrement à surfer sur la vague du revivalisme seventies tel que l’ont envisagé les New Pornographers (You Were Right, No Time for Talk), sans jamais négliger de miser gros sur le gimmick imparable, la mélodie instantanée à fredonner sous la douche.

On apprécie surtout quand, plus finauds, les Texans s’essayent à une certaine élégance anglaise très fin de siècle (Dodgy, quelqu’un ?), que ce soit en moins de deux minutes (So I Took You) ou, mieux encore, en prenant leur temps (Should Not Have Come to This). C’est pourtant sur la longueur que Summerdays s’avère être le maillon faible de l’ensemble, ce qui, pour un titre de clôture, n’est jamais très enviable. Mince accroc ; en repensant encore il y a peu aux différents classements de fin d’année livrés dans les commentaires par nos visiteurs réguliers, il m’est apparu assez clairement que ce deuxième album d’Oh No Oh My devrait les séduire à plus d’un titre. Une fois descendus du carrousel, vous me direz quoi.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)