Accueil > Musique > 2011 > Devotchka - 100 Lovers

Devotchka - 100 Lovers

mercredi 16 mars 2011, par Marc

Parenthèse enchantée


Quand un groupe vous revient en mémoire, il y a fort à parier que c’est le souvenir de chansons qui vous étreint en premier. On pourrait dérouler la liste, c’est si bon, mais la place manquerait. Et si j’évoque ces petites pépites qui nous sont chères, c’est qu’il y en a indéniablement une sur ce dernier album de Devotchka. Ca s’appelle All The Sands In All The Sea et je dois bien avouer que je l’ai écouté cinq fois le jour où je l’ai découvert. Je mentirais en disant que cette addiction dure encore mais ressentir, même à intervalles espacés, cette sensation d’euphorie et de désespoir en un seul flacon est une des raisons qui me poussent à découvrir encore et encore. Ce morceau, donc, est assez atypique en leur chef, très enlevé, et fait partie de ces morceaux dont on pense avoir touché le paroxysme avant de les voir repartir, encore et encore. Maintenant qu’Arcade Fire a décidé de devenir un groupe important plutôt qu’un groupe culte, il y a de la place pour tous ceux qui veulent reprendre le flambeau de Funeral. Et ils sont nombreux, très nombreux, trop nombreux. Mais le temps de ce morceau, la polémique s’estompe. On ne pense plus, on profite.

Cette pièce centrale est posée en seconde position, et on se dit que l’album gagnerait en cohérence (mais pas en qualité) à son absence. C’est que ce 100 Lovers commence par le majestueux The Alley. Et une fois la parenthèse enchantée refermée, on a l’impression de retourner à un autre album, un album de Devotchka. Ca tombe bien, c’est ce qu’on venait chercher après tout. Et on retrouve tout ce qui fait le sel de leur musique. Cette voix chaude presque à la rupture porte toujours des paroles qui me restent inintelligibles, ce son de basse chaud lui aussi.

Et puis, on reste toujours à l’intersection de plusieurs mondes, avec un dosage très personnel, et un équilibre délicat mais souvent convaincant. A l’instar d’un Beirut ou plutôt à l’inverse, ils pimentent leur rock d’éléments balkaniques, quand la bande de Zach Condon compose des morceaux indie et les interprète avec une fanfare (je caricature un peu évidemment). On pense toujours à Calexico, surtout quand des trompettes un peu mariachi déboulent sur Bad Luck Heels. Ils ont en tout cas le bon goût de garder une facilité pop (Exhaustible), ce qui leur permet un joli spleen pas complaisant (Contrabanda) qui peut mêler fête et de mélancolie (les cordes dramatiques de Sunshine). Moi qui reste froid aux élucubrations d’Emir Kusturica, je préfère cette vision plus orientée vers les chansons. Ils arrivent même à sauver l’espagnolade de Ruthless par un supplément d’âme sur le refrain.

Le monde musical de Devotchka est riche et varié. On retrouve donc tous les ingrédients qui nous les ont déjà rendus sympathiques. Ajoutez à ça un morceau hors nomes hors de leur zone de confort et vous comprendrez mon attachement.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Devotchka - 100 Lovers 16 mars 2011 16:37, par mmarsupilami

    C’est marrant, j’écrivais hier que personne n’arrivait à la cheville de A Hawk and a Hacksaw, mais faudrait tout de même que j’écoute les autres, avant de faire le péremptoire !!! Je vais faire !

     ;-DD

    repondre message

    • Devotchka - 100 Lovers 18 mai 2011 06:49, par mmarsupilami

      Deuxième avis (comme quoi je prends le temps !) : ne seraient-ils pas aussi en train de squatter la place laissée libre par Girouettte Stefens ? C’est un très bon album en tout cas, bien plus confidentiel que d’autres mais auquel je donnerai le même genre de notes que toi...

      repondre message

      • Devotchka - 100 Lovers 20 mai 2011 17:07, par Marc

        Un album assez subtil et varié, comme il faut. Il y a ce titre évidemment, mais il y en a aussi beaucoup d’autres. Tiens, ils repasseraient pas en concert des fois ?

        repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)