Accueil > Critiques > 2011

Deb Oh - Cold Glory

mercredi 23 février 2011, par marc

Echantillon


Les chanteuses, je dois bien dire que j’aime ça, et en découvrir une attachante est une source de satisfaction souvent renouvelée. Le temps passant, la liste s’allonge et il devient difficile de ne pas s’emmêler les pinceaux. On peut donc dérouler la liste, même si chaque fois l’exercice est un peu réducteur. Pour lui donner moins d’importance, regroupons-les comme ça c’est fait, on peut les garder dans un coin de la tête et tenter d’expliquer pourquoi on a pris du plaisir à l’écoute. Citons donc PJ Harvey ou Bat For Lashes, références incontournables pour bien de nos contemporaines. J’ajouterai Feist pour être exhaustif. Voilà, c’est fait, occupons-nous maintenant de Deborah

Vous l’aurez compris, l’attrait de cette jeune artiste est aussi une limitation. Il y a du monde sur le podium, et se faire une place au soleil (fut-il pâle d’hiver) reste une gageure. Mais tous les amateurs de voix féminines et d’arrangements bien ficelés auront tout intérêt à se faire un avis en suivant les liens qui suivent cet article. Ils pourront y entendre des réussites comme les chaloupés (Vespel) ou We Need More, ou le plus léger Revoling Doors qui montre que tous les mélanges n’ont pas encore atteint l’excellence.

On attend la suite aussi parce qu’on veut savoir si certaines tendances qui me plaisent moins auront un prolongement. Crescendo m’a ainsi semblé trop sucré, vraiment trop, mais c’est un risque assumé quand on évolue ainsi à la lisière entre l’émotion et la démonstration doucereuse. Ce morceau pour moi indigeste m’a donc fait d’autant plus apprécier l’équilibre du reste.

Deux possibilités ici. Soit vous considérez que les artistes existantes et mentionnées suffisent à votre bonheur (ou alors sont des repoussoirs, ça peut arriver aussi) et cet article s’auto-détruira de votre mémoire dans cinq secondes. Soit vous appréciez de découvrir une nouvelle chanteuse-pianiste-arrangeuse douée par semaine, et celle-ci s’ajoutera à votre liste déjà constituée sans problème aucun. Pour ma part, j’ajoute ce nom à mon petit calepin et attend la suite avec curiosité, vu que cet EP de six titres suscite des espoirs et que seule la suite décidera de sa place dans la pile.

http://deboh.bandcamp.com/album/cold-glory
http://www.myspace.com/deborahoh

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Deb Oh - Cold Glory 23 février 2011 10:04, par Mmarsupilami

    Eh, eh ! Tu as complètement raison, ça pleut les chanteuses et ça ne nous empêche pas à chaque fois d’être contents d’avoir découvert le dernier petit rubis. Au point qu’on a chacun les siens. Pourvu que ça continue ainsi ! Faut être Chinois pour limiter le nombre de filles !
     ;-)

    Je vais de ce pas essayer d’écouter tes derniers carats. Ceci dit, honte à nous : la part de machisme et de pur reflet de la société il y a derrière cette catégorie "chanteuses" ! A ce rythme-là, la musique pourrait tenir en trois rayons : les chanteuses, les chanteurs et les sans voix ! :-) :-D

    Que la journée soit belle !

    repondre message

    • Deb Oh - Cold Glory 23 février 2011 13:22, par Mmarsupilami

      Après écoute, je lui donne effectivement la même place que toi dans la pile : à suivre avec attention. Peut-être devrais-tu préciser que sur Bandcamp, il est en "Name you price" ?

      repondre message

      • Deb Oh - Cold Glory 23 février 2011 14:00, par Marc

        Content que ça te plaise. Ce n’est certes pas d’une originalité folle mais au fur et à mesure des écoutes, j’ai trouvé ce petit disque de plus en plus attachant.

        Je ne pense pas qu’on soit spécialement machistes en considérant ces chanteuses comme une catégorie, si ? C’est involontaire en tous cas. Je profite d’ailleurs de l’occasion pour saluer le retour de Likke Li (on en reparlera)...

        repondre message

        • Deb Oh - Cold Glory 12 juillet 2011 20:36, par djspatule

          Bonsoir,
          j’ai suivi les evolutions de cette chanteuses a NYC qui s’est révélée être une précieuse amie. Je vous assure qu’en plus d’être une excellente musicienne douée de ses 10 doigts, c’est une fille tres attachante, pleine d’imagination et de peps qui s’avere merveilleuse en Live !!
          Je vous invite en effet a la suivre, voire a lui filer un ptit coup de pouce en achetant son album qui vaut le detour !! Et puis qui sait peut-être finira-t-elle par venir en France comme je le lui repetes si souvent voire par passer sur Nova ou Neo...
          Lionel.

          repondre message

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)

  • Menomena - The Insulation (EP)

    On ne va pas se lancer dans une thèse sur la musique indé du Pacific Northwest pour trois nouveaux titres, mais il est bon de rappeler que la formation de Portland a beaucoup mieux que d’autres encapsulé le son d’une époque, cristallisé l’excitation d’un moment qui a irradié jusqu’en Europe. Sur place, c’étaient des héros locaux, un point de ralliement inévitable. On a tous cherché un là-bas exemplaire d’I (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)