Accueil > Musique > Concerts > Wire, Botanique, 11/02/2011

Wire, Botanique, 11/02/2011

lundi 14 février 2011, par Marc

Intemporel


Après la Rotonde de la veille, c’est l’Orangerie qui était la destination du jour pour prendre sa ration de décibels.

Lesquels ne tarderont pas puisque c’est le duo gantois Madensuyu qui nous prend à froid. La tension est palpable, la combinaison guitare/batterie sans faille et un public venu pour les maitres de la tension que sont Wire n’a pas pu être déçu. La prestation est rageuse, précise, sincère, et ménage de bons moments de vraie intensité. C’est rare qu’on reste à ce point sur notre faim à la fin d’une prestation.

Post-punk, voilà à quoi on voudrait réduire Wire. C’est à la fois très juste puisque ce sont eux (et d’autres, soyons honnêtes) qui feront passer le punk de poussée de fièvre à autre chose qui le dépasse. Wire ne ressemble pas à d’autres groupes, ce sont les autres groupes qui s’en inspirent. Wire n’est pas un vieux groupe de 1976, c’est un groupe contemporain dont l’origine est ancienne. Ce ne sont pas vraiment des précisions, mais presque une inversion de paradigme.

Leur concert, après un Red Barked Tree de haute volée, est à la hauteur. La musique est toujours altière, et leur capacité à enchainer sans encombre des morceaux dont la composition a été faite avec 25 ans d’écart est toujours réjouissante. Oubliez le mode best-of, c’est un concert pour fans, je dirais même pour initiés (Daniel me souffle Kidney Bingos que je n’avais pas identifié), tant leur patte particulière réclame un peu d’habitude pour donner sa pleine mesure. Certes, ce ne sont plus des faisans de l’année, comme en témoignent les lunettes suspendues au cou de Graham Lewis ou les paroles sur un pupitre que regarde très souvent Colin Newman. Mais leur côté roublard est toujours réjouissant. Cette fois encore ils ont emmené un quatrième acolyte au look juvénile nineties qui ajoute sa dose de noise. La découverte pour moi cette fois (je les avais déjà vus), c’est la précision et le groove de la basse, épice qui permet de les distinguer.

On ne va pas voir Wire pour être surpris, ou par nostalgie d’un âge d’or. On va voir comment un groupe garde une personnalité unique pendant 35 ans. Et on en sort forcément satisfaits.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)