Accueil > Musique > 2011 > Explosions In The Sky - Take Care, Take Care, Take Care

Explosions In The Sky - Take Care, Take Care, Take Care

vendredi 22 avril 2011, par Marc

pif paf in the sky


Les héros seraient-ils fatigués ? Après un Mogwai en petite forme, ce sont les Texans qui nous soumettent un Take Care Take Care Take Care en bien petite condition. Du précédent album, on pouvait conclure qu’un morceau sur deux était emballant. J’ai quand même la furieuse impression que peu des six (une quantité classique pour eux) figurant ici ne peut prétendre rivaliser avec ce qui n’était déjà pas un sommet de leur discographie. La déception ne vient pas d’une variation sur un style qu’on appréciait mais du manque d’étincelle alors que le style, lui, n’a pratiquement pas changé.

Le style d’Explosions In The Sky reste donc immédiatement identifiable, très mélodique et rempli d’arpèges lacrymaux et de guitares un peu stridentes. On pourrait penser que ces deux considérations sont dédaigneuses, mais c’est une des définitions de leurs paroxysmes, de ces moments irrésistibles qu’on ne se lassait pas d’attendre. Ces instants-là, ces vagues successives qui viennent se briser sur la grève de The Moon Is Down ne jouaient pas nécessairement sur la dynamique du bruit, sur une brusque distorsion mais sur des arpèges qui claquent ou un sens mélodique très rare.

Si ces définitions sont au passé, c’est qu’il en est nettement moins question ici. Par exemple, Be Comfortable ne décolle jamais, mais ne sert pas non plus d’atterrissage au morceau précédent. On attendra en vain l’embrasement. Dans ce contexte, un Postcard From 1952 prend un certain relief. C’est en tous cas le morceau le plus recommandable.

Il est peut être inopportun d’emprunter un champ lexical martial, mais au lieu d’être un théâtre d’opérations grandiose dont on ressort un peu meurtri (Those Who Tell the Truth Shall Die, Those Who Tell the Truth Shall Live Forever), Take Care (3x) est un combat de basse intensité, une guérilla. Mais le manque d’action ne doit pas masquer le fait que l’album glisse d’une traite sans déplaisir, et que je n’en ai jamais interrompu l’écoute.

Comme après tout album d’un groupe qu’on aime en demi-teinte, on est partagés entre la satisfaction d’avoir écouté à haute dose une musique agréable tout en se disant qu’on n’aurait sans doute pas accordé tant de crédit à une formation débutante. C’est donc un album un peu en roue libre, d’un groupe sans doute en panne d’étincelle mais qui mise sur son savoir-faire pour se rappeler à notre bon souvenir. Même s’ils sont dans un jour sans, pas trop en forme à cause du boulot, on retrouve certains copains avec plaisir. C’est encore le cas avec les Texans qui bénéficient d’une forte sympathie pour que cet album en quart de teinte n’énerve jamais.

http://www.explosionsinthesky.com/
Mmarsupilami est aussi heureusement déçu

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Salut ici,
    Pas d’accord avec vous sur tous les points. On ne peut raisonnablement espérer d’un groupe qu’il se réinvente à chaque album. Et acceptant ce postulat, je ne peux que m’incliner devant la richesse de cet album. D’accord, ce n’est pas une surprise. Juste un très bon album de plus. Pas si mal !
    Mes impressions sur la bête sont sur www.goldsoundz.be

    repondre message

    • Tiens, j’ai essayé de poster un commentaire sur ton site mais ça n’a pas marché...

      On ne demande évidemment pas à un groupe de se réinventer à chaque fois, surtout quand ils ont une forte personnalité comme ici. Mais comme avec le très plat dernier Mogwai, on a l’impression d’une redite en moins bien. Des groupes qui étaient dans leur sillage comme This Will Destroy You poussent le principe et le son beaucoup plus loin (on en reparle bientôt).

      Ceci dit, ça reste un album agréable, mais bon, on parle d’Explosions In The Sky quoi...

      A bientôt dites

      repondre message

      • Tiens, j’ai essayé de poster un commentaire sur ton site mais ça n’a pas marché...
        C’est normal, on va peut-être changé ça, ou pas...

        Je vais écouter le nouvel arrivage de This Will Dstroy You à l’occasion et peut-être me rendre compte que je suis trop indulgent avec les derniers Mogwai et EITS. Même si la retenue observée par moments sur Take Care³ est pour moi tout aussi salutaire qu’un xième enchaînement loud/quiet/loud sans surprise.

        Même si je comprends que l’on peut ne pas trop s’y retrouver.
        Au plaisir

        repondre message

  • je suis un fan de la premiere heure et NON ce n est pas un album en demi teinte
    il est splendide et explose comme il faut
    cest du explosions in the sky à la mode the rescue avec une petite teinte de l album précédent
    c est un bon album, je l ecoute depuis trois jours et je men lasse pas
    idem pour le dernier MOGWAI il faut l ecouter beaucoup pour vraiment l apprécier comme il se doit !!!

    repondre message

    • On peut constater que les gens qui n’ont pas été déçus par Mogwai sont aussi très satisfaits de l’Explosions In The Sky. ce qui pourrait vouloir dire que c’est au niveau des attentes que les opinions divergent. Je ne les ai pas ressentis comme de mauvais albums, loin s’en faut, et je les ai tous les deux écoutés souvent, mais j’ai moins frissonné que par le passé...

      repondre message

      • Ma foi, je suis d’accord avec la critique. Je n’ai pas trouvé l’album transcendant, même si pas mauvais non plus : on est très loin de Those who tell the truth, et je pense aussi qu’un peu de renouvellement ne ferait pas de mal. EITS m’a procuré parmi mes plus grands frissons musicaux (Have You Passed Through This Night...) et je suis déçu d’avoir eu affaire a un album si peu ambitieux.

        Et je suis d’accord aussi pour dire que décidemment, nombreux sont les gens à avoir apprécié cet album ET le dernier de Mogwai (et inversement). J’ai détesté Hardcore, hormit la formidable et gigantesque piste intitulée Rano Pano. D’autant plus que, bizarrement, j’avais adoré The Hawk is howling (Scotland Shame...) à l’inverse de la majorité des critiques... Comme quoi, selon les attentes et les goûts, les avis peuvent énormément diverger (sans blague ? oui j’aime enfoncer des portes déjà grandes ouvertes avec des constats ultra-subversifs)

        Je fonce écouter le dernier This Will Destroy You, j’étais pas au courant qu’ils nous avaient pondu un nouvel album ! Merci pour l’information !

        (J’aime beaucoup le site)

        repondre message

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)