Accueil > Musique > 2011 > Moriarty - The Missing Room

Moriarty - The Missing Room

jeudi 28 avril 2011, par Marc


Les groupes finissent toujours par revenir, ce qui fait qu’entre des découvertes de toute sorte on peut souvent retrouver des têtes connues. Ces têtes-ci s’étaient d’ailleurs bien arrangées pour se faire connaître. Ils avaient en effet énormément (trop ?) tourné depuis la sortie de leur premier album, quelque part à la fin de 2007. On les sentait soucieux de profiter de cet engouement. Il faut dire que leurs concerts reposaient sur une scénographie soignée, due notamment à Jérôme Deschamps et Macha Makaïev (oui, ceux derrière les Deschiens) et permettait des moments de bravoure, comme cette interprétation de leur Buffalo à un seul micro. Le succès était mérité, mais il faut bien avouer qu’ils jouaient pour un public français moins habitué (donc moins saturé) à cette musique traditionnelle qu’il est toujours aussi réducteur d’appeler americana.

Le premier album, sorti dans une relative discrétion avant de connaître le succès, était un rien inégal. Pas étonnant dans dès lors de constater que celui-ci est plus linéaire. En premier abord du moins. Isabella se présente en bon single, frais et immédiat, à l’écriture simple et limpide à défaut d’être renversante.

On retrouve avec plaisir la voix typique de Rosemary. Vraie bilingue, elle empêche de tomber dans l’accent français qui tue l’authenticité (ou ajoute du charme, c’est ce qu’ils aiment à penser dans ces cas-là). De plus, elle est dénuée de gouaille western. C’est donc logiquement moins âpre et ténébreux que les groupes de David Eugene Edwards (16 Horsepower, Woven Hand) mais il suffit d’un petit gimmick sur Beasty Jane pour qu’un morceau se constitue.

L’aspect un peu cinématographique semble un peu moins présent. Ce n’est pas que ça dépréciait l’album mais on les sent plus surs de leur écriture, au point de s’être débarrassés de ce qui pouvait passer pour des expédients. Ils n’en abandonnent pas pour autant la mise en scène le temps d’un Where is The Light plus Brechtien (pas dans l’acception théâtrale du terme). C’est sur ce genre de morceaux qu’on constate l’épaississement de leur son, leur capacité à ne pas se cantonner dans la jolie chanson. Ils avaient déjà tenté le coup sur le premier album mais avec moins de réussite.

Les interludes musicaux sont aussi plus solides, moins arty et gratuits. Il est quand même un peu frustrant que l’accélération de Serial Fields ne débouche pas sur un morceau. Au rayon des petites remarques, il manque peut-être un peu de relance au plus roots How Many Tides pour que l’attention se fixe durablement et ils ne lâchent que rarement la bride (Clementine).

Donc ce qu’on aime, c’est l’absence de ce côté country and western du maintream du genre. Ce qui fait que de purs produits US peuvent ne pas séduire parfois (Bright Eyes, The Decemberists, certains Midlake ou Wilco ou Band Of Horses. Evidemment, on a toutes les composantes du genre, harmonica compris, mais si cet instrument vous donne des palpitations, s’éloigner de ce genre de musique est une application évidente du principe de précaution (Julie’s Candle Cane Tale). Et si on échappe quand même à certains marqueurs culturels comme la steel guitar, ils se placent pourtant dans une tradition de chansons qui racontent des histoires avec de vrais morceaux de personnages dedans.

Le second album de Moriarty vient confirmer qu’ils avaient de la suite dans les idées. Plus uniforme mais plus solide, il ne bénéficie plus de l’effet de surprise mais devrait leur permettre de garder leur nombreuse (compte tenu du style pratiqué) audience.

http://www.myspace.com/moriartylands

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)