Accueil > Musique > 2010 > Twin Thousands - Lp

Twin Thousands - Lp

vendredi 25 mars 2011, par Marc

Large palette


C’est trop injuste. Evidemment, on sait qu’on se cantonne à quelques genres, qu’on est moins ouverts et versatiles qu’on se plait à le penser, mais quand on découvre un album enthousiasmant qui est passé complètement inaperçu, il pousse des ailes de redresseur de torts. Avec ce corollaire qui vous est peut-être familier à force d’entendre des groupes un peu semblables, chaque découverte (même encourageante) se double d’une pointe de mélancolie.

Sorti en 2010 dans l’indifférence générale, et en version virtuelle seulement, le premier album du groupe de Brooklyn a quand même quelques arguments, comme la présence d’un membre de Cursive ou une collaboration d’un membre moins connu d’Arcade Fire (Kelly Pratt). Cette allusion canadienne va d’ailleurs m’aider à mieux vous présenter Twin Thousands puisque je verrais bien cet album sorti sur Arts And Crafts, le label de Metric, Stars, Land Of Talk ou Broken Social Scene, quelques groupes qui peuvent mêler émotion et son très léché. Avec en sus un petit souffle héroïque (sur Volcano Season et ses cuivres en liberté) venu d’un autre point du Canada (Montréal donc) qui peut donner l’entrain nécessaire au poussage de beuglante qui entame cet album.

Mais ils savent aussi rentrer les griffes, le temps du second Like You A Lot que ne renierait pas Destroyer. Et puis encore élargir leur spectre sur 7 is 8, de l’électronique du début à une intensité prenante en passant par quelques passages noisy. Ce morceau-synthèse est le troisième et on a déjà eu un joli aperçu de l’étendue de leurs possibilités. Donc si tous ces éléments ne sont pas déroutants quand on en fait le détail, la vue d’ensemble peut déconcerter par sa versatilité, qualité qu’on avait déjà identifié chez les Norvégiens d’Harrys Gym. On passera donc d’une pop légère à la Au Revoir Simone qui aurait pris des vitamines (Tailfeather) à quelques belles poussées de fièvre (Fireworks).

Evidemment, elles pourront paraître occasionnellement pompières ces circonvolutions de Twin Thousands et les allergiques au goût de trop passeront un moment difficile. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié cette large palette qui a le bon goût de montrer que quand on possède un don, les façons de l’exploiter sont multiples.

http://www.myspace.com/twinthousands
Bandcamp est sans conteste une des plateformes les plus usitées du moment : http://www.twinthousands.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)