Accueil > Critiques > 2011

Timber Timbre - Creep On Creepin On

samedi 9 avril 2011, par marc

Trou normand


Evidemment, si cette publication prend un peu de retard ou si on me lit dans un peu de temps cette remarque pourra tomber à plat, mais il est toujours sympathique de trouver de la musique qui colle au contexte météorologique. A l’heure où je vous écris donc, le printemps, le vrai, pointe pour de bon. On a dressé la table dehors, retrouvé les chemises à manches courtes (mais pas encore remisé les pulls, on reste en Belgique) et on se dit qu’il faut de la musique pour rythmer ça. Mais pas question de faire semblant de supporter le reggae ou la salsa, on va piocher dans ce qu’on connait le mieux, à savoir les Canadiens obscurs et un peu sombres. Et s’ils viennent de l’écurie Arts And Crafts (Broken Social Scene, Metric, Stars, Feist, The Dears, Apostle Of Hustle, Hidden Cameras, comme ça je mets plein de liens…), c’est un gage de qualité supplémentaire.

Le ‘un peu’ est d’ailleurs aussi important que le sombre chez Timber Timbre. La voix de baryton du chanteur de Mika Posen, presque systématiquement relevée d’un écho qu’on pense sorti des albums seventies de John Lennon, est en tous cas une invitation à la langueur. Pour moi le souvenir qui m’est revenu le plus promptement est le Pulp première époque, celui d’avant His ‘n Hers (avant Island Records et la timbale donc). Ce sont donc des chansons de charme, voire croon léger. C’est ce qui déconcerte de prime abord, cette légèreté quand on est plus habitué à des groupes un peu plus plombants et viscéraux.

Quand un groupe chante All I need is some sunshine on peut dire que le moral est bon, ou du moins que l’espoir existe (Black Water). Il s’agit de douce mélancolie, et encore, ce n’est même pas le sentiment de spleen qui domine, mais l’envie de partager un moment de douceur et de calme, accompagné plus volontiers d’un cocktail que de cigüe

La bonne idée, c’est qu’en sus d’un genre très typé qui donne de bons morceaux (Lonesome Hunter, Black Water), occasionnellement plus enlevés (Too Old To Die Young), on retrouve d’autres éléments d’ambiance. Des sons psychédéliques très anciens, qu’une rapide datation à l’isotope carbone 14 a situés au début de l’ère floydienne, au barettien supérieur (pré-watersien donc). Ils en font leur ingrédient principal (Woman), ou plutôt en soupoudrent leurs morceaux habituels (Do I Have The Power).

Toutes les circonstances de la vie ne réclament pas la même musique. Parce que beaucoup d’occasions ne conviennent pas aux arrache-cœurs habituels, il est toujours intéressant de trouver du léger et du simple. Timber Timbre tombe donc à pic, et vient grossir la liste de ces groupes de l’entre-deux, de transition bienvenue entre des alcools plus forts.

http://www.myspace.com/timbertimbre

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)