Accueil > Musique > 2011 > Art Brut - Brilliant ! Tragic !

Art Brut - Brilliant ! Tragic !

mercredi 8 juin 2011, par Fred, Marc

Tragic ! Tragic !


Il faut dire que c’est le quatrième album qu’on écoute (et qu’on critique au passage) et que non seulement la surprise n’est plus là, mais en plus on garde en mémoire la fadeur de Art Brut vs Satan.

Pour nous attirer à revenir, Eddie Argos, le leader, avait fait une super campagne. Son argument de vente est qu’il a appris à chanter. Il faut oser après quelques années de carrière.

Il faut comparer ce qui est comparable évidemment, mais pas mal de morceaux sur le premier album faisaient penser à Wire. Quand on voit de qui ces derniers sont capables trente-cinq ans après leur formation, le manque d’originalité, de mystère de la musique d’Art Brut est encore plus criant. Appeler Black Francis n’est pas non plus un gage de folle créativité. Il en reprend l’intonation sur Lost Weekend et on sent bien sa patte sur les guitares (Sexy Sometimes)

On pourrait aussi faire un parallèle avec Mike Skinner. L’accent british, la peinture au vinaigre balsamique (c’est plus doux), le goût de l’anecdote, la même propension à refaire le premier album en moins bien, le recyclage en entertainer pour foules. La seule différence, c’est que la fin de carrière musicale n’est pas envisagée pour Eddie Argos.

Puis il y a l’impression étrange de morceaux brouillons avec un son moderne et propre (Axel Rose) mais qui laissent pourtant perplexe. Is Dog Eared est peut-être plus original, nous fait sortir de notre torpeur et tendre l’oreille.
C’est toujours difficile d’expliquer ce qui se passe quand on s’ennuie en écoutant un album. C’est tout d’abord une mauvaise nouvelle. Pour ce qui est de cause, c’est parfois une question de tempo Sealand, de monotonie générale ou tout simplement des défauts techniques : les deux premiers certainement sont en cause sur cette album.

Si on écoute leur quatrième album, c’est que fatalement on n’a pas un a-priori défavorable pour Art Brut. Mais bon, là il faut se rendre à l’évidence, ils ne pourront pas étaler un cuillère de confiture à l’infini. Il est temps d’aller chercher un peu de matière dans un autre pot, de recharger le concept sous peine de lasser et de ne plus être qu’un groupe de début d’après midi pour grand festival.

J’oubliais, la pochette est une véritable réussite...

_Playlistsociety n’est pas loin de notre avis

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du quatrième album par un au-revoir qui semblait définitif.
    C’est le nom et la pochette qui nous ont alertés. (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)