Accueil > Musique > 2011 > This Will Destroy You - Tunnel Blanket

This Will Destroy You - Tunnel Blanket

mercredi 11 mai 2011, par Marc

Groupe des cavernes


Non, l’immobilisme n’est pas une fatalité, même en post-rock. Au-delà des discussions (toujours cordiales d’ailleurs) pour savoir si ce que viennent de livrer Explosions In The Sky et Mogwai est sympathiques sans plus ou aussi bien qu’avant, des groupes qu’on pensait suiveurs prennent résolument les devants. Quittent l’autoroute pour s’enfoncer dans des cavernes à la lueur blafarde de leur lampe de poche, sans même se soucier du chemin de retour.

Lors de la première écoute, j’avais fait une erreur bête : j’avais laissé le volume très bas. Il y a un volume qui permet à l’espace sonore (notion dont la perception devient presque littérale) de s’étendre. Bon, il faut rester raisonnable évidemment, ce n’est pas une raison pour perdre de l’acuité non plus. Mais en sourdine, c’est un chuintement délicat et occasionnellement remplacé par des couches de bruit qui s’était échappé des enceintes. Alors que dans de bonnes conditions, le premier morceau monte plusieurs marches d’un coup et reste longtemps sur le toit, sans doute parce que la vue y est belle. Même si le temps est menaçant, on reste sous la pluie battante, les bras ouverts pour mieux accueillir le vent cinglant.Ils redescendent pourtant (il commençait sans doute à faire froid) avec un petit clavier du plus bel effet.

Quand le son lui-même est la matière, quand la mélodie reste sous-jacente (mais présente), on est dans ce cas-limite du post-rock, celui qu’apprécient tous les amateurs, c’est-à-dire celui où le ressenti, presque physique parfois, prime tout le reste, surtout la raison. On constate une fameuse évolution depuis leur très mélodique Young Mountain qui les plaçait dans le sillage des autres Texans d’Explosions In The Sky. Ils ont depuis l’album précédent pris leurs distances, et sont maintenant plus proches de la sculpture sur son, pas trop loin du drone, avec cependant quelques roulements de batterie bienvenus.

Sur la longueur, on pourra peut-être regretter un manque de moments marquants à la hauteur du premier morceau, mais il y a des raisons de tendre l’oreille. Communal Blood par exemple, qui monte par étages, plutôt par plan incliné que par échelle d’ailleurs. Ou alors Black Dunes qui reste au sol avant de s’étirer

Tous les amateurs de rock peuvent s’aventurer à cette lisière du post-rock. C’est la même grammaire, les mêmes instruments. Ceci est loin d’être inaccessible ou obscur, mais impose de se laisser porter par des ambiances plus que par des riffs ou des accélérations. Même le post-rock doit évoluer. Ce Tunnel Blanket n’est sans doute pas un jalon dans l’histoire du genre, mais quand les institutions capitalisent sur leur savoir-faire et la sympathie du public, il est bon de trouver les chemins de traverse qui nous feront ressentir.

http://www.myspace.com/thiswilldestroyyou

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Goodbye, Kings - The Cliché of Falling Leaves

    Avec un line-up pléthorique, et un album articulé en plusieurs parties et un support visuel dansé, le groupe milanais Goodbye, Kings est visiblement ambitieux. Mais si le résultat est forcément ample, il sait garder une taille humaine et accessible.
    Comme on s’y attend aussi au vu du thème (en gros, l’enchainement des saisons, les morceaux présentent des personnalités différentes, même si le rapport aux saisons ne saute pas aux oreilles immédiatement. Après une longue introduction de rigueur, la (...)