Accueil > Musique > 2011 > Baby Fire - No Fear

Baby Fire - No Fear

lundi 11 avril 2011, par Marc

Au Feu !


Parmi les gens qui ont mon respect indéfectible, je compte ceux qui ont le courage de lancer des structures, des labels pour que des artistes aient la chance de trouver leur public. Dans les cas de proximité, citons, parce que c’est bon, Jaune Orange, Depôt 214, Spank Me More ou Cheap Satanism. Quand une production de ces derniers arrive sur la platine, on se doute que ça ne sera pas mièvre et ronronnant.

De mièvre il ne sera pas question puisque le rock abrasif et nerveux du duo féminin Baby Fire est là pour mettre le feu au matelas. Cette réflexion étrange a un fondement puisque c’est le personnage d’Ottis Toole (tueur en série et incendiaire) qui a inspiré quelques thèmes de cet album. C’est de lui également que vient le nom du groupe, Baby Fire étant le nom que donnait ce dingue aux feux de matelas qu’il appréciait aussi de temps en temps. On en apprend dans les dossiers de presse.

Ce qu’il n’aura pas à nous dire, c’est que la chanteuse Diabolita officiait aussi dans Keiki . Une fois qu’on l’a entendu, ce timbre de voix reste en mémoire. Ici encore, il constituera le point d’accroche et le principal argument de l’album. On le trouvera toujours aussi proche de certaines intonations de PJ Harvey. Quand la voix se perche, difficile de ne pas penser à la géniale diva moche du Sommerset. Petit avis personnel, je serais curieux d’entendre cette voix dans un contexte moins énervé.

Cet album enchaine donc de la fureur tempérée par la sensualité de la voix, mais il reste de la place pour un peu de lourdeur bienvenue, qui amène de l’épaisseur et permet au profane comme moi d’enchainer sans dommage les 16 titres. Seuls quelques moments plus hachés comme Fingers m’auront franchement sorti de ma zone de confort. Par contre, un Soap garde toute son intensité. A intervalle réguliers, un décrassage du genre m’est indispensable. Ah oui, madame, Eugene ne peut pas être ‘stronger than Chuck Norris’. C’est pas possible, ça…

Quand on pratique l’énergie comme un genre à part entière, une voix franche et reconnaissable rend un album tout de suite plus abordable au commun des mortels que je représente pour l’occasion. Si un déssablage auriculaire est prévu pour vous, je vous conseille cette thérapie par le feu.

Ca se goûte ici
Et s’achète ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dum Dum Girls - Only in Dreams

    Critique dialectique (le retour)
    Ce texte fait suite (et probablement fin) à un précédent dialogue imaginaire paru il y a un an. – Tiens, salut. Ça fait longtemps, dis donc.
    – Bof, pas tellement. C’était l’année passée, tu te souviens ? On avait discuté du cas Best Coast, je crois.
    – Pfiouuuu... un an seulement ? J’ai l’impression que ça fait une éternité, moi, qu’on s’emballait pour cette vague de combos rétro-pop agrémentés à la sauce garage.
    – Bah, ça reste plus ou moins d’actualité : t’as vu que les (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • The Eighties Matchbox B-Line Disaster -Blood & Fire

    Mission from God
    Formé en 1999 et originaire de Brighton, The eighties Matchbox B-Line Disaster pratique un style qualifié de psychobilly, une sorte de heavy rockabilly d’allumé total. Après deux LP sortis en 2002 et 2004 (l’excellent “Horse of the dog” et le magnifique “The royal society”), le groupe mené par le chanteur Guy Mcknight perd sa maison de disque et reste dans un silence total pendant trois ans avant de sortir un EP bricolé avec les moyens du bord et sans maison de disque (In the (...)

  • Darwin Deez - Darwin Deez

    Sans arguments
    Méfiez-vous de ce type. Ils ne sont pas si nombreux, les gens qui arrivent à trouver ainsi l’alchimie, la formule magique. Je ressasse à longueur d’articles cette rengaine : quand on a peu de moyens, il faut avoir des idées. C’est valable dans toutes les formes d’art, et à plus forte raison les arts mineurs. Dans les annales pop et rock, il n’y a plus assez de papier recyclé pour recenser les copycats, parodistes d’autrui ou d’eux-mêmes, qui se sont faits maîtres de la poudre aux yeux, (...)