Accueil > Musique > 2011 > Crystal Stilts - In Love With Oblivion

Crystal Stilts - In Love With Oblivion

mercredi 4 mai 2011, par Marc

Tri sélectif


Quand on parle d’une voix aussi bouleversante que celle d’Ian Curtis, a-t-on le droit de dire que parfois elle s’éloigne des canons de la justesse de ton ? On ne tranchera pas ici cette question qui ne mérite sans doute pas de l’être mais il y a dans la voix du chanteur des Crystal Stilts non seulement cette profondeur noyée d’écho mais aussi ces petites absences. C’est en tout cas ce qui frappe dès Sycamore Tree. En faisant leur shopping chez les mancuniens, ils ont aussi repris l’écho sur la batterie. Mais on a aussi l’impression que le contexte industriel anglais a été déplacé dans le sud des Etats-Unis.

Mais soyons honnêtes, l’analogie a ses limites puisque les mélodies peuvent être plus lumineuses. Trough The Floor par exemple pourrait subir un traitement musical plus aéré et pop et en ressortir intacte. Ne pas vouloir le noir pour le noir, c’est une bonne idée, qui rend Half A Moon ou le bon Shake The Shackles entrainants. C’est ce que je préfère chez eux, c’est là pour moi que le mélange prend le mieux, en s’éloignant de la liste de courses chez les grands groupes du passé. Un morceau enlevé et léger, c’est encore ce qui ancre le mieux dans le présent. Ils peuvent aussi se lancer dans un délire garage psychédélique sur Death Is What We Live For.

Ce n’est peut-être pas automatique chez vous, mais le mélange renvoie assez franchement à l’excellent Cryptograms de Deerhunter. Mais la bande à Bradford Cox en avait fait quelque chose de complètement différent. C’est ça aussi qui nous pousse à écouter encore et encore. A partir de mêmes références ultra balisées et identiques, il n’est pas écrit que les résultats se ressemblent.

Pour le reste, les références évidentes sont à chercher dans une plus ancienne noirceur de la fin des sixties, celle des Doors et du Velvet Underground. Surtout quand la répétition du chant est supportée par un groupe en délire et probablement sous influence (Alien Rivers)
Génération oblige, je pense aussi aux premiers Mazzy Star, avec une voix forcément très différente d’Hope Sandoval, mais cette même vénération pour les idoles susmentionnées et cet orgue qui pénètre presque malgré lui.

Evidemment, le ton sépulcral et l’écho très présent de façon systématique peuvent lasser, et donnent parfois l’impression qu’ils se remettent peu en question. Ni dans l’origine des références ni dans l’assemblage on ne trouvera d’originalité. Pourtant, cet album s’est attiré de la sympathie presque immédiatement. Même si l’écho systématique et le manque d’amplitude et de variation du chant pourra freiner l’ardeur sur la longueur, ce groupe semble bien décidé à s’approprier des références ultra balisées pour les emmener danser contre leur gré.

http://www.crystalstilts.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Crystal Stilts - In Love With Oblivion 4 mai 2011 15:29, par Joris

    Oui je suis bien d’accord avec toi. Les références sont assez évidentes, et souvent ce ne sont pas les plus originales, mais le groupe dégage une réelle sympathie. En ce qui me concerne, je l’écoute régulièrement en oubliant presque tous les groupes auxquels ils renvoient. Et puis il y a ce petit côté surf/psychobilly qui est très attachant quand même.

    repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)