Accueil > Musique > 2011 > Julianna Barwick - The Magic Place

Julianna Barwick - The Magic Place

lundi 9 mai 2011, par Marc


Un des moindres paradoxes de notre époque n’est pas le retour de la voix au milieu d’un monde de possibilités technologiques qu’on devine sans fin. D’un côté, il y a ceux qui se disent qu’il n’y a pas d’époque pour être intemporel si on a des morceaux formidables à défendre. C’est ce que font les Fleet Foxes et on y reviendra plus tard si vous voulez bien. A l’autre bout du spectre, il y a les artistes comme cette chanteuse du jour qui triture, maltraite la voix et l’utilise comme matière première organique d’une musique céleste.

Cette époque est une époque de coexistence, à un tel point que même les tendances lourdes se chevauchent. Après avoir parlé d’Animal Collective comme ingrédient, je me pose une question plus pragmatique : ça n’existerait pas simplement en plug-in ? Mais comme pour tous les instruments, il y a ceux qui pourront en jouer avec talent et puis les autres. Je mettrais sans trop de scrupules Juliana Barwick dans la première catégorie. Elle s’en sert ici pour organiser des rencontres entre les voix, et le mélange prend la plupart du temps. Il y a évidemment plusieurs niveaux d’écoute ; En tant que musique de fond, d’installateur d’ambiance. Et puis parfois on se prend à tendre l’oreille plus avant, par simple curiosité ou parce qu’on se rend compte qu’on a un article à boucler.

Dans ce cas, on peut distinguer d’éparses notes de piano, ce qui la rapproche d’artistes comme Eluvium (Cloak). Sur Vow, ce sont de petites notes de basse. Mais le morceau le plus fourni en la matière reste Prizewinning. Ces petits ajouts constituent en fait le point d’articulation de ce morceau. Et le petit gimmick se fait rivière, fleuve et puis torrent (ce qui n’est pas raccord avec l’hydrographie j’en suis conscient).

De temps en temps, c’est l’abstraction qui tente, qui fait envie. Et quand cette forme très éthérée est un entrelacs subtil de voix célestes, le résultat peut aussi être euphorique. Il y a cependant des chances que vous adorerez ou vous ennuierez tout d’un bloc à l’écoute de cet album. Mais le meilleur conseil que je puisse vous donner, c’est de vous laisser emporter par ces sirènes.

Encore une fois, le Mmarsupilami a été rapide sur cette balle
http://juliannabarwick.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Julianna Barwick - The Magic Place 9 mai 2011 19:07, par Mathusalem

    Assez d’accord avec toi, c’est d’ailleurs mon disque de chevet depuis quelques jours…Certains esprits mal intentionnés pensent autour de moi qu’il s’agit là d’un CD de relaxation, pareil à ceux qu’on vend dans les supermarchés, entre les savons à la lavande et les baguettes d’encens…Je m’insurge ! Il y a dans celui-ci quelque chose de subtilement raffiné, de magique, de déroutant…La classe, la vraie, tient parfois a tellement peu de chose…

    repondre message

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)