Accueil > Musique > 2011 > Julianna Barwick - The Magic Place

Julianna Barwick - The Magic Place

lundi 9 mai 2011, par Marc


Un des moindres paradoxes de notre époque n’est pas le retour de la voix au milieu d’un monde de possibilités technologiques qu’on devine sans fin. D’un côté, il y a ceux qui se disent qu’il n’y a pas d’époque pour être intemporel si on a des morceaux formidables à défendre. C’est ce que font les Fleet Foxes et on y reviendra plus tard si vous voulez bien. A l’autre bout du spectre, il y a les artistes comme cette chanteuse du jour qui triture, maltraite la voix et l’utilise comme matière première organique d’une musique céleste.

Cette époque est une époque de coexistence, à un tel point que même les tendances lourdes se chevauchent. Après avoir parlé d’Animal Collective comme ingrédient, je me pose une question plus pragmatique : ça n’existerait pas simplement en plug-in ? Mais comme pour tous les instruments, il y a ceux qui pourront en jouer avec talent et puis les autres. Je mettrais sans trop de scrupules Juliana Barwick dans la première catégorie. Elle s’en sert ici pour organiser des rencontres entre les voix, et le mélange prend la plupart du temps. Il y a évidemment plusieurs niveaux d’écoute ; En tant que musique de fond, d’installateur d’ambiance. Et puis parfois on se prend à tendre l’oreille plus avant, par simple curiosité ou parce qu’on se rend compte qu’on a un article à boucler.

Dans ce cas, on peut distinguer d’éparses notes de piano, ce qui la rapproche d’artistes comme Eluvium (Cloak). Sur Vow, ce sont de petites notes de basse. Mais le morceau le plus fourni en la matière reste Prizewinning. Ces petits ajouts constituent en fait le point d’articulation de ce morceau. Et le petit gimmick se fait rivière, fleuve et puis torrent (ce qui n’est pas raccord avec l’hydrographie j’en suis conscient).

De temps en temps, c’est l’abstraction qui tente, qui fait envie. Et quand cette forme très éthérée est un entrelacs subtil de voix célestes, le résultat peut aussi être euphorique. Il y a cependant des chances que vous adorerez ou vous ennuierez tout d’un bloc à l’écoute de cet album. Mais le meilleur conseil que je puisse vous donner, c’est de vous laisser emporter par ces sirènes.

Encore une fois, le Mmarsupilami a été rapide sur cette balle
http://juliannabarwick.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Julianna Barwick - The Magic Place 9 mai 2011 19:07, par Mathusalem

    Assez d’accord avec toi, c’est d’ailleurs mon disque de chevet depuis quelques jours…Certains esprits mal intentionnés pensent autour de moi qu’il s’agit là d’un CD de relaxation, pareil à ceux qu’on vend dans les supermarchés, entre les savons à la lavande et les baguettes d’encens…Je m’insurge ! Il y a dans celui-ci quelque chose de subtilement raffiné, de magique, de déroutant…La classe, la vraie, tient parfois a tellement peu de chose…

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)