Accueil > Musique > 2011 > Fink - Perfect Darkness

Fink - Perfect Darkness

mercredi 22 juin 2011, par Marc

Mélange fondant


D’un concert de Soap & Skin, nous avons ramené deux choses. Le souvenir d’une prestation d’une intensité inouïe tout d’abord. Et puis le nom d’un artiste qui assurait la première partie avec brio. Depuis, Fin Greenall a gardé sa place dans nos cœurs et nos oreilles, organes étrangement proches parfois.

La voix, le ton, le détachement, l’enrichissement subtil de la formule guitare/voix, c’est un peu tout ce qu’on aime chez lui et on le retrouve ici. En moins langoureux peut-être, en plus direct, moins éthéré. Le style subtil reste toujours un peu compliqué à définir, parce que les composantes sont simples et que l’effet produit est radicalement différent d’un singer-songwriter folk traditionnel. C’est la personnalité de Fink, sa patte indéniable. Pourtant, on peut noter une évolution vers plus de variété que Sort Of Revolution. Il mêle plus d’éléments, est plus musical dans ses constructions, même si le résultat est encore moins immédiat.

La mise en son est aussi tout à fait impeccable comme Yesterday Was Hard On All Of Us. Il ne lâche pas les gaz brutalement, mais comme une sauce prend forme sous le fouet, cette musique prend de la consistance sans faire de grumeaux, se lie et s’enroule. Et est délicieuse dans l’assiette, de telle sorte qu’on tend cette assiette avec un regard gourmand quand elle est finie. Pas à dire, la métaphore, c’est ma spécialité. Pour revenir à ce morceau, il marque le virage de l’album vers plus de profondeur. On retrouvera cet allant sur les belles montées d’intensité sur Honesty. La basse et la guitare commencent à l’unisson et d’emblée, l’ambiance est installée, on a envie de fermer les yeux et de profiter. Et puis il lui suffit d’une ligne de guitare électrique et de deux coups de caisse pour que tout le suc se dégage. Un maximum d’effets avec un minimum de moyens, c’est peut-être une des définitions du talent. Les mêmes effets plus pulsation se retrouvent sur Warm Shadow, c’est aussi très bien. C’est dans ce genre de moment qu’on se rappelle qu’il est signé chez Ninja Tunes, refuge d’une musique électronique subtile et aventureuse.

A l’autre bout du spectre, il peut aussi nous gratifier de morceaux plus nus et virtuoses, comme ce qu’a pu faire José Gonzalez (Wheels, Foot In The Door). La voix pourra paraître un peu monotone si l’habitude n’est pas encore là. Mais une fois la connivence installée, c’est un piège à émotions. Comme le précédent, cet album ne vous sautera pas à la gorge, mais instillera petit à petit sa particularité, ce mélange discret et tellement fondant.

http://www.finkworld.co.uk

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Fink - Perfect Darkness 22 juin 2011 20:05, par greg

    "Un maximum d’effets avec un minimum de moyens, c’est peut-être une des définitions du talent"

    Merci de parler si bien de cet artiste c’est vraiment une très bonne définition de la musique de Fink, tout en retenue, en feeling avec cette guitare qui crépite. un set guitare, basse, batterie simple mais un son immédiatement reconnaissable.
    En ce qui concerne l’album, comme les deux précédents, plus je l’écoute et plus j’accroche.

    repondre message

    • Fink - Perfect Darkness 23 juin 2011 18:00, par Marc

      C’est très juste, le feeling est indéniable et à ce niveau de réussite, il n’y a qu’à le constater. Et écouter. Encore et encore...

      repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)