Accueil > Musique > 2011 > Patrick Wolf - Lupercalia

Patrick Wolf - Lupercalia

lundi 27 juin 2011, par Marc


Avec son talent de violoniste, et celui d’auteur-interprète, il semblait tentant de placer Patrick Wolf bien haut, ce qui dans le genre s’associe à des pointures comme Andrew Bird ou Owen Pallett. Mais on sait depuis l’album précédent (celui-ci en est la suite et devait s’appeler The Conqueror) qu’il convient de le rayer de cette liste. Parce que l’artisanat intemporel, très peu pour lui. Patrick est flamboyant, Patrick est ample, Patrick n’est pas modeste. Il est comme ça, c’est à prendre ou à laisser. Et il faut bien l’avouer, une fois qu’on a compris dans quoi on se lançait, la connivence s’installe, avec comme corolaire immédiat de sourire de façon entendue à ses quelques excès, voire dérapages.

Une fois admis que Patrick Wolf en fera toujours trop, on pourra atteindre quand même la cote d’alerte à un moment ou l’autre. Personnellement, c’est sur Time Of My Life. Quand il ralentit le tempo, c’est forcément très sucré, très emphatique, quoique finalement agréable à l’oreille. C’est qu’il existe des moments où on y est disposé. Encore une fois, il conviendra de ne pas attendre autre chose. Mais à ce stade de sa carrière, il serait malvenu de le méconnaitre à ce point. Une fois ces hypothèses posées, il n’y a que se laisser aller, flâner du côté de Bermondsey Street, ou plus, largement, dans une City jalonnée de quelques des idées kitsch, risque inhérent à l’exercice (les secondes voix bidouillées).

Cette emphase peut évidemment faire mouche si on aime ça : The Future a une certaine gueule. Et puis on ne peut pas l’accuser de ne pas savoir se servir de cordes (The Falcons, Slow Motion). Il arrive aussi à introduire des synthés sans avoir un regard condescendant sur l’electro (Together), parce qu’il n’utilise pas ces sons comme gadget additionnel mais les considère comme un point d’articulation d’une electro-pop ample, un peu ampoulée mais maitrisée de J’avais par goût du raccourci parlé de glam-folk pour sa précédente livraison, mais il semble que le glamour ait définitivement pris le dessus. Le saxophone est évidemment convoqué en renfort, on n’est pas là pour la demi-mesure non plus.

On ne peut pas avoir les mêmes attentes vis-à-vis d’artistes différents. Si la retenue de Fink séduit, force est de constater que le pudding de Patrick Wolf peut également trouver un écho favorable. Car ce garçon possède un souffle qui fait passer son ambition et son talent au premier plan, et commence petit à petit à assembler une discographie des plus personnelles.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)