Accueil > Critiques > 2011

The Leisure Society - Into The Murky Water

lundi 20 juin 2011, par marc


Vers la fin de 2009, The Leisure Society nous avaient gratifié d’un premier album très plaisant, rempli de morceaux digestes et évanescents. Comme Vetiver dont on va recauser. Il reviennent en ayant renforcé leur casting d’un violon qui apporte un vrai plus à bien des compositions (The Hungry Years).

Disons-le d’emblée, le revirement est assez marqué. Mais en termes de qualité, rien n’est perdu. L’entièreté de l’album a migré vers le mid-tempo, ce qui n’est évidemment pas un mal en soi, mais sachant à quel point ils ont pu livrer de précieux moments dans leurs balades hors d’âge. Bien entendu, ils ne se sont pas contentés de se stabiliser à une vitesse de croisière, et Our Hearts Burn Like Damp Matches est un impeccable instant de recueillement.

Les références sont sans doute à chercher dans les années ’70. Le spleen souriant plaira évidemment à ceux qui portent Belle And Sebastian. Dans le genre d’ailleurs, je les préfère de loin aux productions récentes de la bande à Murdoch.

Leisure Society produit donc de la musique à écouter les orteils en éventail, même si pour moi beaucoup de morceaux semblent trop gentils pour que je puisse réellement me laisser aller (Although We Are All Lost). D’une manière générale, ce n’est pas une musique qui essaie de bouleverser. L’émotion est une conséquence recherchée en musique mais ce n’est pas le seul but. Après l’avoir poursuivie et atteinte sur son premier album, les Anglais de The Leisure Society se sont tournés vers la forme et l’effet global. Je veux dire qu’ils profitent de leur maitrise et de leur richesse pour que leur musique enchante, ne déçoive pas et devienne une musique de fond délectable. Il est parfois préférable d’atteindre une cible prétendue triviale que louper une perchée trop haut. Il est donc plus prudent d’adapter ses attentes en fonction.

Cet album laisse peu de prise à la revue de détail, à la critique aussi, vous l’aurez constaté. Allez-y donc sans hésiter si vous aimez les orchestrations soyeuses, les morceaux qui sentent bon la détente et le sérieux. Après un premier album qui semblait être le pendant britton du retour en grâce d’un folk classieux et intime (Bon Iver, ce genre…), le second se présente comme une relecture soyeuse de ce qu’a pu nous livrer Belle And Sebastian. Le spleen émouvant en moins et la constance en plus.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)