Accueil > Musique > 2011 > The Leisure Society - Into The Murky Water

The Leisure Society - Into The Murky Water

lundi 20 juin 2011, par Marc


Vers la fin de 2009, The Leisure Society nous avaient gratifié d’un premier album très plaisant, rempli de morceaux digestes et évanescents. Comme Vetiver dont on va recauser. Il reviennent en ayant renforcé leur casting d’un violon qui apporte un vrai plus à bien des compositions (The Hungry Years).

Disons-le d’emblée, le revirement est assez marqué. Mais en termes de qualité, rien n’est perdu. L’entièreté de l’album a migré vers le mid-tempo, ce qui n’est évidemment pas un mal en soi, mais sachant à quel point ils ont pu livrer de précieux moments dans leurs balades hors d’âge. Bien entendu, ils ne se sont pas contentés de se stabiliser à une vitesse de croisière, et Our Hearts Burn Like Damp Matches est un impeccable instant de recueillement.

Les références sont sans doute à chercher dans les années ’70. Le spleen souriant plaira évidemment à ceux qui portent Belle And Sebastian. Dans le genre d’ailleurs, je les préfère de loin aux productions récentes de la bande à Murdoch.

Leisure Society produit donc de la musique à écouter les orteils en éventail, même si pour moi beaucoup de morceaux semblent trop gentils pour que je puisse réellement me laisser aller (Although We Are All Lost). D’une manière générale, ce n’est pas une musique qui essaie de bouleverser. L’émotion est une conséquence recherchée en musique mais ce n’est pas le seul but. Après l’avoir poursuivie et atteinte sur son premier album, les Anglais de The Leisure Society se sont tournés vers la forme et l’effet global. Je veux dire qu’ils profitent de leur maitrise et de leur richesse pour que leur musique enchante, ne déçoive pas et devienne une musique de fond délectable. Il est parfois préférable d’atteindre une cible prétendue triviale que louper une perchée trop haut. Il est donc plus prudent d’adapter ses attentes en fonction.

Cet album laisse peu de prise à la revue de détail, à la critique aussi, vous l’aurez constaté. Allez-y donc sans hésiter si vous aimez les orchestrations soyeuses, les morceaux qui sentent bon la détente et le sérieux. Après un premier album qui semblait être le pendant britton du retour en grâce d’un folk classieux et intime (Bon Iver, ce genre…), le second se présente comme une relecture soyeuse de ce qu’a pu nous livrer Belle And Sebastian. Le spleen émouvant en moins et la constance en plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)