Accueil > Musique > 2011 > The Leisure Society - Into The Murky Water

The Leisure Society - Into The Murky Water

lundi 20 juin 2011, par Marc


Vers la fin de 2009, The Leisure Society nous avaient gratifié d’un premier album très plaisant, rempli de morceaux digestes et évanescents. Comme Vetiver dont on va recauser. Il reviennent en ayant renforcé leur casting d’un violon qui apporte un vrai plus à bien des compositions (The Hungry Years).

Disons-le d’emblée, le revirement est assez marqué. Mais en termes de qualité, rien n’est perdu. L’entièreté de l’album a migré vers le mid-tempo, ce qui n’est évidemment pas un mal en soi, mais sachant à quel point ils ont pu livrer de précieux moments dans leurs balades hors d’âge. Bien entendu, ils ne se sont pas contentés de se stabiliser à une vitesse de croisière, et Our Hearts Burn Like Damp Matches est un impeccable instant de recueillement.

Les références sont sans doute à chercher dans les années ’70. Le spleen souriant plaira évidemment à ceux qui portent Belle And Sebastian. Dans le genre d’ailleurs, je les préfère de loin aux productions récentes de la bande à Murdoch.

Leisure Society produit donc de la musique à écouter les orteils en éventail, même si pour moi beaucoup de morceaux semblent trop gentils pour que je puisse réellement me laisser aller (Although We Are All Lost). D’une manière générale, ce n’est pas une musique qui essaie de bouleverser. L’émotion est une conséquence recherchée en musique mais ce n’est pas le seul but. Après l’avoir poursuivie et atteinte sur son premier album, les Anglais de The Leisure Society se sont tournés vers la forme et l’effet global. Je veux dire qu’ils profitent de leur maitrise et de leur richesse pour que leur musique enchante, ne déçoive pas et devienne une musique de fond délectable. Il est parfois préférable d’atteindre une cible prétendue triviale que louper une perchée trop haut. Il est donc plus prudent d’adapter ses attentes en fonction.

Cet album laisse peu de prise à la revue de détail, à la critique aussi, vous l’aurez constaté. Allez-y donc sans hésiter si vous aimez les orchestrations soyeuses, les morceaux qui sentent bon la détente et le sérieux. Après un premier album qui semblait être le pendant britton du retour en grâce d’un folk classieux et intime (Bon Iver, ce genre…), le second se présente comme une relecture soyeuse de ce qu’a pu nous livrer Belle And Sebastian. Le spleen émouvant en moins et la constance en plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)