Accueil > Musique > 2011 > Boy - All We Left Behind

Boy - All We Left Behind

mardi 21 juin 2011, par Laurent

Droit devant


L’album est disponible sur le Bandcamp de Boy & the Echo Choir,
en version digitale (« name your price ») ou en CD-R très très limité...

Quand Caroline Gabard, en congé de sa chorale d’écho, se pose seule face à son piano volant, ce n’est pas pour jouer à saute-mouton avec les nuages. On aimerait explorer, juste une nuit, les rêves de cette grande fille à l’alias de garçonnet, mais on aurait trop peur de se réveiller en larmes. C’est qu’il y a tant de tristesse dans cette apesanteur ; le mal du siècle neuf, celui d’une douce enfant capable de s’adonner à un, deux, trois Playtime tout en souffrant des nostalgies d’adulte.

De son parcours opalescent, pourtant, Boy a bien dû abandonner quelques bribes de souvenirs fanés. Sans se retourner. “All We Left Behind” ou ces deuils sublimes, ces renoncements à l’indicible. Ce qu’il reste dans le sillage ? Peut-être des bouts de chansons qui ne seront jamais des chansons... tout au plus quelques notes qui, sans s’imposer, demandent poliment au silence la permission de le déchirer. Il faut tendre l’oreille pour percevoir les nuances de blanc. « Please prefer headphones », nous glisse-t-elle.

Au bord de la mer, l’artiste se laisse divaguer, comme un Ólafur Arnalds aux pieds perdus dans l’eau glacée ; coincée sur un littoral trop étroit, elle appelle la vie nautique à noyer sa solitude de terre ferme (Come Offshore), rêve d’une fugue au cœur de la ligne d’horizon (An Escape). Sans se retourner. Sans plus jeter le moindre regard à la côte, Sail On. Et poser, pour un instant seulement, quelques mots sur ce qu’on quitte, même si les mots ne peuvent le dire et que le piano l’a déjà laissé trop loin.

Loin au sol. Malgré le poids de la mélancolie, le navire vogue depuis longtemps dans un ciel d’encre où il ne jettera jamais l’ancre. Parmi les Oiseaux, Boy voit sa mémoire s’émietter en piaillements insouciants. À l’autre bout des ondes, on se souvient de tout : les émotions refoulées par pudeur, les premières fois, l’impression de suffoquer quand la beauté nous attrapait la gorge. En 23 minutes à caresser les flots, Caroline Gabard sait toujours comment s’y prendre. Invité au voyage, on y laisse nos restants d’innocence.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)