Accueil > Critiques > 2011

The Vines - Future Primitive

jeudi 23 juin 2011, par Laurent

Bonne nouvelle


Hier comme aujourd’hui, et plus encore demain sans doute, les Vines auront toujours été primitifs. Voilà dix ans qu’ils naissaient dans un cri, l’implacable “Highly Evolved” et son trait d’union définitif entre rage juvénile et génie mélodique. Les deux influences qu’on ait jamais citées à leur propos, Beatles et Nirvana, se voyaient déclinées à toutes les sauces dans un patchwork binaire qui fleure bon le stupre et la fumette. Les concerts étaient à l’avenant, joyeux bordel où Craig Nicholls faisait honneur à sa pathologie, lui à qui l’on avait entre-temps diagnostiqué une forme rare d’autisme, moins handicap que trouble envahissant.

Dès lors mué dans une aliénation de plus en plus caricaturale, le groupe australien n’a plus été aperçu sur nos scènes mais nous envoyait encore de réguliers états des lieux, qui brillaient par leur absence de « haute évolution ». Pas de nouvelle, bonne nouvelle. Conscients de sortir pour la cinquième fois le même album, les Vines s’auto-parodient jusqu’à plus soif avec un Autumn Shade 4, nième volet d’une chanson conçue comme une franchise en revenant sur chaque album (sauf un, si vous avez bien compté), mais aussi S.T.W. qui clôt le disque comme l’avait fait jadis F.T.W. Substituer « screw the world » à « fuck the world », c’est bien là qu’on saisit toute la finesse et l’originalité de ces joyeux drilles.

D’emblée un hurlement primal annonce la couleur : Gimme Love, petite sauvagerie de moins de deux minutes, montre que les Vines ne se lassent pas d’écrire indéfiniment le même brûlot capable de transformer une chambre d’hôtel en no man’s land. Puis, suivant son schéma traditionnel, le groupe alterne moments de pure défoule punk (Candy Flippin’ Girl, Weird Animals, Future Primitive, tous aussi jouissifs) et ballades parfumées (Leave Me in the Dark, Cry) sans jamais se détourner de la norme salutaire des cent vingt secondes, qui permet à l’auditeur de ne pas trouver le temps long – c’est le moins qu’on puisse dire.

Cependant, emportés par leur élan psychédélique, les Australiens risquent, dans le dernier tiers de l’album, des tracks de plus de trois minutes. Pas de quoi écarquiller les yeux : c’est là une autre de leurs habitudes et, en l’occurrence, ils ne font jamais qu’ajouter à Black Dragon ou All That You Do, par ailleurs de relatives réussites, des fins à rallonge dispensables. On ne sait quoi penser en revanche du plutôt vain Outro, plongée psychotrope dans le cerveau visiblement dérangé de Nicholls, hurlant à l’aide comme un toxicomane en plein sevrage ou un névropathe dans sa cellule capitonnée.

Débarrassé de sa camisole, le chanteur s’autorise ensuite la seule vraie surprise du disque : une ballade totalement acoustique (Goodbye), qui pourrait être le chant du cygne de son groupe après dix ans de bons et loyaux services à la cause provisoirement révolue du rock à guitares. C’est aussi, disons-le, le morceau le plus anecdotique du lot. On ne peut toutefois nier au groupe un talent intact pour radoter avec panache, si bien qu’on ne saurait bouder son plaisir. Intervertissez n’importe quels albums de la discographie des Vines et vous obtiendrez un parcours tout aussi cohérent : primitifs un jour, primitifs toujours.


Répondre à cet article

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)