Accueil > Musique > 2011 > Emmmy the Great - Virtue

Emmmy the Great - Virtue

jeudi 30 juin 2011, par Laurent

Ascension


Petite Emmy veut devenir grande. Malgré les malentendus sur sa personne, ses airs trop mal cachés de chansonnière candide et ses mélodies proprettes. Le parcours d’Emma-Lee Moss s’inscrit dès le départ dans le sillage de sa compatriote Laura Marling, pourtant de six ans sa cadette, pour cette façon qu’elles partagent de chanter avec une amertume blasée leur court passé de gamines balafrées, tout en mettant leur jeunesse au service d’un folk pétillant et coloré. Pop, quoi. Tout ça sentait alors bon la constellation, la bande à suivre. À nous les petites Anglaises ! Sauf que...

Sauf que, on l’a su l’an dernier, Marling a pris le parti de pousser très vite, se réinventant en Emmylou des cliffs cependant qu’Emmy-louloute, à défaut de regarder vers l’Amérique, a préféré regarder autour d’elle – nombril compris – et raconter des histoires en forme de leçons de vie, adressées à des copines qui s’appellent Sylvia, Iris ou Cassandra. Étudier la psychologie de ses pairs est souvent une manière indirecte de chercher à se comprendre soi-même, et la plume aigre-douce de Moss a bien plus trempé dans l’encre de l’intime qu’elle ne voudrait le (faire) croire.

Emmy peut-elle devenir grande ? La question est implicitement posée tout au long de “Virtue”, album traversé de part en part par le thème du peut-être, du lien ténu entre espoir chéri, choix de vie et futur prédictible ; c’est le cri étouffé du vouloir-être et la complainte des regrets, la tension permanente de l’en-soi et du pour-soi. Sur le premier titre du disque, la Londonienne chante « I think I see the future in my sleep », confondant fantasmes et prémonitions ; sur le dernier morceau, elle constate que « I’m praying but I don’t know why », consciente qu’il n’y a qu’un pas du probable à l’impossible.

Dieu sait cependant qu’il y a un immense potentiel à explorer dans les chansons de ce bout de femme eurasienne : une facilité de composition confondante, pour des bluettes qui se fredonnent presque instantanément ; mais surtout, la griffe d’une auteure douée qui met sa poésie au centre des débats. À cela s’ajoutent quelques fioritures de production qui habillent indéniablement ses pièces de brillance : les chœurs majestueux de Paper Forest ou A Woman, a Woman, a Century of Sleep ; le leitmotiv spectral – au synthé – sur Creation ; l’harmonium qui fait vibrer la magnifique North.

Un peu partout sur “Virtue”, Emma-Lee évoque son souhait d’un ailleurs, aspire à d’autres sphères en réclamant modestement un petit coin de paradis. En réalité, la grande Emmy se sent toute petite, et elle se désole de sa finitude. Elle pleure de n’être pas prête (Exit Night), de faire partie d’une humanité qui ne mènera à rien (Dinosaur Sex), d’espérer en vain toucher le feu sacré (Trellick Tower). Au fond d’elle-même, l’âpre constat existentialiste la conduit vers une forme de pessimisme digne : « If who you are eventually is all that forms your destiny – if character equates to fate – then I’m not great, but it’s not in me to complain. »

Cette leçon d’humilité couronne définitivement le talent d’Emma-Lee Moss, jeune femme peu sûre de son fait, à la recherche du mot juste pour dire son sentiment d’impermanence et en faire davantage qu’une sensation : un sens. En quête d’une foi digne de ce nom, puisqu’elle a si peu confiance en sa propre personne, peut-être trouvera-t-elle en autrui les raisons de s’élever. Même si l’on ne peut encore raisonnablement l’appeler ‘Emmy the Greatest’, on a bien le droit d’espérer le jour de l’Ascension. « And I’ll keep praying ‘til the language dies, praying cause you’re so high. Can I spend my life trying to climb you ? »

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)