Accueil > Musique > 2011 > Moonface - Organ Music Not Vibraphone Like I’d Hoped

Moonface - Organ Music Not Vibraphone Like I’d Hoped

mercredi 3 août 2011, par Marc

Tout seul comme un grand


On pourra dire plein de choses sur Spencer Krug, mais pas qu’il distille son talent avec parcimonie. Au fil des ans, on a appris à connaitre et à aimer ses projets, que ce soient Wolf Parade, Sunset Rubdown ou Swan Lake. Au moment ou son comparse au sein de Wolf Parade ose les synthés vintage (restons courtois) avec Handsome Furs, il se concentre seul sur son clavier pour ne pas perdre la main. Practice makes perfect, comme ils disent.

En apprenant que Moonface est un projet solo, on a tout de suite imaginé que la composante typiquement Spencer Krug de tous ses projets serrait encore plus à nu, plus flagrante. Les mélanges fonctionnent, et on donné au passage quelques albums fantastiques, dont au moins un jalon de la décennie précédente (Apologies To The Queen Mary, on y retourne sans fin et sans lassitude), mais son écriture et interprétations propres. Les rythmes sont digitaux et très discrets, renforçant ce côté ‘fait maison’. Le premier EP de ce projet (hébergé par l’excellent label Jagjaguwar) s’appelait d’ailleurs Marimba and shit-drums.

On ne peut s’empêcher de penser à d’autres formes, d’autres traitements. On peut certes superposer les couches, mais les déflagrations électriques, les circonvolutions, la présence d’autres songwriters brillants (les Dan, Boeckner et Bejar, Carey Mercer) ne sont pas là pour ajouter leur touche de diversité. Mais cette façon-ci est diablement séduisante, et on en vient à penser qu’il y a des perles. On s’apprêtait à jeter une oreille curieuse à un album discret d’un artiste qu’on apprécie et par surprise, sans crier gare, on se retrouve pris dans ses filets, avec quelques vrais bonheurs auditifs comme résultat.

Après un premier morceau qui fait plutôt figure d’échauffement et de présentation, Whale Song (Song Instead of a Kiss) est magnifique, mélodiquement brillante, intense dans sa partie finale, poignante et intense sur toute la longueur. On aurait même pu imaginer des basses plus puissantes, on n’est pas là pour se retenir après tout. Fast Peter (écoutez-le ici) joue et réussit plutôt sur la vitesse, mais sa fin interminable vient un peu tempérer l’enthousiasme

Comme la dynamique est différente, on oublie que certaines nappes auraient pu se retrouver sur certains morceaux estampillés ‘années ‘80’ (Shit-Hawk in the Snow), qu’il mêle étrangement à un orgue plus psychédélique. Les morceaux sont longs (5 morceaux pour 37 minutes) non parce qu’ils sont étirés, mais ils ont besoin d’espace pour se relancer, pour que la ligne de clavier se fasse lancinante, pour que le chant, forcément caractéristique, reprenne le dessus. Parfois évidemment, un peu de concision n’aurait pas déparé l’ensemble.

Dire que Spencer Krug a du talent est un cliché tellement usé qu’il n’avait pas besoin de cet article pour sortir. Mais quand on tombe un peu par hasard (cet album ne semble pas agiter énormément) sur cet exercice un peu en roue libre et qu’on se rend compte qu’il comporte un des meilleurs morceaux de l’année, on ne peut que se réjouir et faire passer le message.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)