Accueil > Musique > 2011 > Snowmine - Laminate Pet Animal

Snowmine - Laminate Pet Animal

samedi 20 août 2011, par Marc

Solaire


Il me semble que bien des nouveaux noms nous sont proposés récemment. Un exemple ? Ce quintette de Brooklyn qui semble ne pas avoir agité beaucoup de vent lors de sa sortie.

Pourtant, l’amateur d’indie de la grosse pomme trouvera bien vite ses marques avec cette musique plus composite et complexe qu’elle n’y parait. Simple et très légère en surface, mais assez foisonnante dans le détail. Mais j’avoue que c’est en cherchant bien que j’en suis venu à faire cette découverte parce que les enrichissements en cordes (The Hill) ou en beats (Danger In The Snow) restent digestes. Dans les faits, j’ai pu songer avoir trouvé le chainon manquant entre Memory Tapes (pour l’ambiance soyeuse) et Yeasayer (la voix y fait souvent penser).

Mais ce sont les amateurs des Shins qui seront sans doute les moins dépaysés. Certains morceaux n’en ont pas la limpidité (This One, Penny), mais la pop ensoleillée, les guitares cristallines ou en nuages de Let Me In s’en approchent bien plus. Ne cherchez plus, le meilleur morceau de l’album est là. Sans doute aussi parce que certains autres morceaux pêchent par manque de limpidité mélodique, ce qui ne pardonne pas en pop (Beast In Air, Beast In Water) ou se cantonnent dans une pop solaire plus convenue (Piece Of Your Pie). Etrangement, ce n’est qu’à l’extrême fin du dernier morceau qu’un peu de nervosité point à la surface.

La recherche sur le son qui amène une uniformité de traitement (style bande laissée au lave-vaisselle) que l’on déplore souvent a un étrange effet secondaire, celui de faire passer tout ce qui s’éloigne de ce dogme comme un peu trop lisse et froid. C’est ce qui fera peut-être passer quelques auditeurs potentiels à côté de cet album plaisant et bien fini.

http://snowmine.bandcamp.com/
http://www.myspace.com/snowmine

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)