Accueil > Musique > 2011 > Like Horses Do - Like Horses Do EP

Like Horses Do - Like Horses Do EP

vendredi 5 août 2011, par Marc

Le bon cheval


De temps en temps, il est bon de présenter un jeune groupe, de découvrir un potentiel compagnon de route. Celui-ci est un trio français qui a compris que la pop, ça peut se muscler à coups de beats. Pourtant, pour ce groupe hexagonal, ce sont des références plus belges qui m’ont d’abord été rappelées pour The Stars. Le Ghinzu de Blow ou dEUS par exemple. On a plus infâmant en réserve dans notre petit royaume.

Le temps de regretter que le premier morceau s’évanouisse dans un fondu alors qu’on l’aurait bien imaginé réattaquer, on a déjà compris qu’il se passe quelque chose au niveau de ce gros son, pour en faire des pièces bastonneuses pas forcément taillées pour le dancefloor, à la manière d’un Blackstrobe. Sur WSWTW, la subtilité est priée d’attendre son tour parce que l’efficacité a pris sa place. En petit en-cas, comme ça, c’est bienvenu. Mais on pourrait aussi imaginer qu’un DJ jouasse vienne remettre son grain de sel là-dedans.

Tout n’est pas abordé avec une masse pour caisse claire, cet EP est tempéré de touches qu’on pourrait rapprocher de Depeche Mode récents, ou Goldfrapp (Silent Whisper). On pense à la façon glam de la belle Alisson quand déboule la voix féminine sur My Planet, encore que quelques accents de Daft Punk y émergent aussi. On peut donc dire qu’il se passe des choses sur ce morceau de moins de cinq minutes que je conseille.

Comme trop souvent hélas, les commentaires sur les formations débutantes comportent bien des références. C’est non seulement un tic de dossier de presse, mais un comportement compréhensible quand la variété d’un premier EP doit servir de carte de visite pour la suite. Dans le cas qui nous occupe, je pourrai dire ce que j’y ai apprécié la puissance du son et la tranquille assurance d’un groupe qui attend son heure.

www.myspace.com/likehorsesdo

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • VKNG - Illumination

    Les nouveaux groupes peuvent aussi être formés par des gens aguerris. Outre les super-groupes qui matérialisent l’envie d’artistes établis (pensons à FFS et EL Vy dans un passé récent), il y a le cas plus rare qui nous occupe ici, à savoir deux amis d’enfance ayant déjà acquis séparément de l’expérience.
    VKNG (prononcez ‘Viking’, c’est plus facile) est à la base un duo français. Maxime Delpierre est un guitariste et producteur qui a collaboré avec des gens comme Rachid Taha, Damon Albarn ou Mick Jones et (...)

  • Lilly Wood & the Prick - Invincible Friends

    Entre deux
    Arrivé sur ma platine au printemps, vite oublié parmi les frivolités estivales, l’album de Lilly Wood & the Prick a tenté quelques timides retours en automne, toujours discrètement présent dans mes listes de lecture sur foi de quelques tubes en puissance jamais transformés en amis pour la vie. Et pourtant, au milieu des premiers flocons de neige qui annoncent un nouvel hiver toujours plus long et rigoureux, la chaleureuse mélancolie de Prayer in C révèle comme l’âtre élémentaire (...)

  • The Clonious - Between The Dots

    Le pointilliste
    Voilà un album qui vient à point éponger une soif de découverte musicale, de quoi m’empêcher un petit temps de tourner en rond sur les sites de vente en ligne spécialisés de musiques électroniques ... anglosaxonnes. (bref sur bleep) D’ailleurs c’est sur le site allemand à l’origine plus orienté hiphop et culture street hhv que j’ai croisé le chemin de Paul Movahedi alias The Clonious.
    Fini de s’humecter les lèvres de samples electro peu originaux, voilà du lourd, de la fusion des genres, (...)

  • Birdy Nam Nam - Manual For Successful Rioting

    La tueurie de l’année ?
    Les quatres membres, Crazy B, Little Mike, DJ Need et DJ Pone, de Birdy Nam Nam sortent en ce début d’année leur second album, produit par du "beau" monde, Yuksek et Justice.
    Ces champions du monde par équipe de turntablism au concours DMC en 2002 (la même année que le talentueux japonais DJKentaro en solo) avaient sorti un premier album prometteur d’abstract Hip-Hop. De bonnes ambiances, du bon son haché par les techniques de turntablism, c’était tout de même un peu trop (...)