Accueil > Critiques > 2011

Sunnybrook - Water Me Glow

dimanche 7 août 2011, par marc

Noyons le morceau


Il y a discret et discret. Et puis il y a carrément introuvable. Le projet de Paul North (de Denton, Texas) est même passé hors du radar de Pitchfork, c’est dire. Et si cet album nous inspire une critique complète, et pas une mention en format court, ce n’est pas seulement pour jeter un petit coup de projecteur sur un album confidenteil, mais celui-ci montre de façon claire comment rater un album en surfant sur une vague déjà fort chargée en aspirants.

La vague dont on parle est assez large, et comprend une bonne partie des bidouilleurs de sons, en tous cas tous ceux qui passent autant de temps à ciseler l’aspect que l’écriture. On entend donc les chœurs éthérés, un peu tribaux, des morceaux plus classiques rendus plus originaux par des apports ensoleillés (Big Waving Hands), mais, de Woods à Le Loup, on a déjà entendu ça en jamais moins bien. Les morceaux ne sont même pas mauvais (Hej) mais la comparaison n’est jamais vraiment flatteuse.

Parfois le traitement ensevelit carrément le morceau. Go With The Wild est ainsi annihilé par les couches de son et le traitement global, flou et indistinct. On pensait bien qu’on se lasserait de cet effet de musique enregistrée sur bande puis passée au lave-linge (Melody Mainline). Voilà, c’est fait. L’infanticide semble exister aussi en matière musicale puisqu’on noie Strangers sans vergogne.

Après avoir parlé d’Animal Collective comme ingrédient, je me pose une question plus pragmatique : ça n’existerait pas simplement en plug-in ? Ou alors Bradford Cox n’aurait-il pas programmé un loop pour produire un Resonnance ou Drifter ? Ca serait pratique, il suffirait de donner une longueur exagérée pour que l’ambiance tente de s’installer. Disons, 13’37’’.

Je n’irai pas jusqu’à dire que la morale est sauve, mais si cet album m’a occasionnellement irrité, il a en tout cas confirmé si besoin en était que la musique n’est pas (qu’)une question de recettes. Il n’y a aucune prétention sur cet album de toute façon très confidentiel, mais même et surtout pour les musiques plus aventureuses, l’essai est loin d’être chaque fois transformé.

www.myspace.com/sunnybrookmusic

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)