Accueil > Musique > 2011 > Sunnybrook - Water Me Glow

Sunnybrook - Water Me Glow

dimanche 7 août 2011, par Marc

Noyons le morceau


Il y a discret et discret. Et puis il y a carrément introuvable. Le projet de Paul North (de Denton, Texas) est même passé hors du radar de Pitchfork, c’est dire. Et si cet album nous inspire une critique complète, et pas une mention en format court, ce n’est pas seulement pour jeter un petit coup de projecteur sur un album confidenteil, mais celui-ci montre de façon claire comment rater un album en surfant sur une vague déjà fort chargée en aspirants.

La vague dont on parle est assez large, et comprend une bonne partie des bidouilleurs de sons, en tous cas tous ceux qui passent autant de temps à ciseler l’aspect que l’écriture. On entend donc les chœurs éthérés, un peu tribaux, des morceaux plus classiques rendus plus originaux par des apports ensoleillés (Big Waving Hands), mais, de Woods à Le Loup, on a déjà entendu ça en jamais moins bien. Les morceaux ne sont même pas mauvais (Hej) mais la comparaison n’est jamais vraiment flatteuse.

Parfois le traitement ensevelit carrément le morceau. Go With The Wild est ainsi annihilé par les couches de son et le traitement global, flou et indistinct. On pensait bien qu’on se lasserait de cet effet de musique enregistrée sur bande puis passée au lave-linge (Melody Mainline). Voilà, c’est fait. L’infanticide semble exister aussi en matière musicale puisqu’on noie Strangers sans vergogne.

Après avoir parlé d’Animal Collective comme ingrédient, je me pose une question plus pragmatique : ça n’existerait pas simplement en plug-in ? Ou alors Bradford Cox n’aurait-il pas programmé un loop pour produire un Resonnance ou Drifter ? Ca serait pratique, il suffirait de donner une longueur exagérée pour que l’ambiance tente de s’installer. Disons, 13’37’’.

Je n’irai pas jusqu’à dire que la morale est sauve, mais si cet album m’a occasionnellement irrité, il a en tout cas confirmé si besoin en était que la musique n’est pas (qu’)une question de recettes. Il n’y a aucune prétention sur cet album de toute façon très confidentiel, mais même et surtout pour les musiques plus aventureuses, l’essai est loin d’être chaque fois transformé.

www.myspace.com/sunnybrookmusic

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)