Accueil > Musique > 2011 > The Rapture - The Grace Of Your Love

The Rapture - The Grace Of Your Love

dimanche 18 septembre 2011, par Marc


Je l’avoue, on ne sait plus trop quoi attendre d’un album de The Rapture en 2011, huit ans après avoir découvert leur premier album pour une de mes premières critiques en ligne. On ne se doutait pas qu’on allait encore manger du post-punk à tous les repas pendant des années, et encore moins que les synthés les plus honteux allaient remonter à la surface régressive. Mais Echoes reste brulant huit ans après. On en a connus des groupes qui sortent des premiers albums ardents avant de tenter une écriture plus classique ou différente. Dans ceux dont on écoute plus volontiers le premier album que les suivants, on peut ajouter Foals, Bloc Party, Clap Your Hands Say Yeah, Franz Ferdinand, The Killers. Je suis certain que vous avez des noms pour compléter la liste. The Rapture était un bon candidat pour se joindre au nombre mais on va voir qu’il convient de nuancer.

Se tenir à la lisière de l’electro et du rock est à la fois une facilité et un risque. Ils savent manier un clavier simple pour qu’un morceau prenne son envol (In The Grace Of Your Love). L’autre bonne idée est de rendre la batterie en léger décalage. On connait trop de choses loupées dans le genre (Ghostland Observatory) pour ne pas apprécier. Le post-punk fiévreux des débuts est un peu loin maintenant, mais ils semblent en avoir fait leur deuil, ou plutôt de ne s’en souvenir que sur certains morceaux. Can You Find A Way ? semble par exemple exécutée par des machines prises de fièvre. Et oui, ils ont même dépoussiéré leurs cowbells le temps d’un Never Die Again. C’est en exhumant ainsi cette réminiscence qu’on se rend compte du temps qui a passé. Depuis, les chefs de file comme LCD Soundsystem se sont encore améliorés avant de tourner en rond, et d’autres tendances ont émergé. On peut se référer à Yeasayer sur Miss You.

Le premier morceau est spectaculaire en tous cas, et laisse retomber la pression à la manière d’une digression floydienne première époque. On constatera d’ailleurs cette propension à proposer des morceaux en deux temps assez différents, comme incluant une digression un peu étouffée et inquiétante (Come Back To Me). En première écoute, certains morceaux se révèlent envoutants (Children) ou révèlent de chouette gimmicks (l’accordéon de Come Back To Me).

Si on peut très bien ne pas tout apprécier (pénible voix de tête sur Blue Bird) , il est indéniable que je vois cet album comme une des bonnes surprises de la rentrée. Parce qu’il reste visiblement assez d’idées et d’envie chez The Rapture pour livrer un album qui n’essaie pas de tenir sur le ressac d’une vague qu’ils ont contribué à créer mais est simplement une preuve qu’un bon groupe peut revenir frapper à n’importe quel moment.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • The Rapture - The Grace Of Your Love 19 septembre 2011 19:02, par Pistol Pete

    Un des rares albums que j’ai eu le temps d’écouter cette rentrée ! Avis partagé. Je n’attendais plus grand chose du groupe, mais faut avouer que l’album est plutôt réussi pour peu que l’on apprécie le genre. Les bons ingrédients étaient réunis faut dire :

    - Le groupe compte un membre de moins, le micro n’est plus partagé ! Niveau cohésion, ça aide...
    - Changement de label ! (Adieu Universal)
    - Les bons conseils de Philippe Zdar, producteur qui grimpe en flèche en ce moment.

    Dans ceux dont on écoute plus volontiers le premier album que les suivants, on peut ajouter Foals, Bloc Party, Clap Your Hands Say Yeah, Franz Ferdinand, The Killers. Je suis certain que vous avez des noms pour compléter la liste.

    Cruellement vrai hélas. Je rajouterai Alela Diane, sans chercher plus loin que ça.

    Sur ce je file lire ce que dit ton collègue de Deus, un autre groupe dont je n’attends rien depuis... longtemps.

    repondre message

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)