Accueil > Musique > 2011 > The Rapture - The Grace Of Your Love

The Rapture - The Grace Of Your Love

dimanche 18 septembre 2011, par Marc


Je l’avoue, on ne sait plus trop quoi attendre d’un album de The Rapture en 2011, huit ans après avoir découvert leur premier album pour une de mes premières critiques en ligne. On ne se doutait pas qu’on allait encore manger du post-punk à tous les repas pendant des années, et encore moins que les synthés les plus honteux allaient remonter à la surface régressive. Mais Echoes reste brulant huit ans après. On en a connus des groupes qui sortent des premiers albums ardents avant de tenter une écriture plus classique ou différente. Dans ceux dont on écoute plus volontiers le premier album que les suivants, on peut ajouter Foals, Bloc Party, Clap Your Hands Say Yeah, Franz Ferdinand, The Killers. Je suis certain que vous avez des noms pour compléter la liste. The Rapture était un bon candidat pour se joindre au nombre mais on va voir qu’il convient de nuancer.

Se tenir à la lisière de l’electro et du rock est à la fois une facilité et un risque. Ils savent manier un clavier simple pour qu’un morceau prenne son envol (In The Grace Of Your Love). L’autre bonne idée est de rendre la batterie en léger décalage. On connait trop de choses loupées dans le genre (Ghostland Observatory) pour ne pas apprécier. Le post-punk fiévreux des débuts est un peu loin maintenant, mais ils semblent en avoir fait leur deuil, ou plutôt de ne s’en souvenir que sur certains morceaux. Can You Find A Way ? semble par exemple exécutée par des machines prises de fièvre. Et oui, ils ont même dépoussiéré leurs cowbells le temps d’un Never Die Again. C’est en exhumant ainsi cette réminiscence qu’on se rend compte du temps qui a passé. Depuis, les chefs de file comme LCD Soundsystem se sont encore améliorés avant de tourner en rond, et d’autres tendances ont émergé. On peut se référer à Yeasayer sur Miss You.

Le premier morceau est spectaculaire en tous cas, et laisse retomber la pression à la manière d’une digression floydienne première époque. On constatera d’ailleurs cette propension à proposer des morceaux en deux temps assez différents, comme incluant une digression un peu étouffée et inquiétante (Come Back To Me). En première écoute, certains morceaux se révèlent envoutants (Children) ou révèlent de chouette gimmicks (l’accordéon de Come Back To Me).

Si on peut très bien ne pas tout apprécier (pénible voix de tête sur Blue Bird) , il est indéniable que je vois cet album comme une des bonnes surprises de la rentrée. Parce qu’il reste visiblement assez d’idées et d’envie chez The Rapture pour livrer un album qui n’essaie pas de tenir sur le ressac d’une vague qu’ils ont contribué à créer mais est simplement une preuve qu’un bon groupe peut revenir frapper à n’importe quel moment.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • The Rapture - The Grace Of Your Love 19 septembre 2011 19:02, par Pistol Pete

    Un des rares albums que j’ai eu le temps d’écouter cette rentrée ! Avis partagé. Je n’attendais plus grand chose du groupe, mais faut avouer que l’album est plutôt réussi pour peu que l’on apprécie le genre. Les bons ingrédients étaient réunis faut dire :

    - Le groupe compte un membre de moins, le micro n’est plus partagé ! Niveau cohésion, ça aide...
    - Changement de label ! (Adieu Universal)
    - Les bons conseils de Philippe Zdar, producteur qui grimpe en flèche en ce moment.

    Dans ceux dont on écoute plus volontiers le premier album que les suivants, on peut ajouter Foals, Bloc Party, Clap Your Hands Say Yeah, Franz Ferdinand, The Killers. Je suis certain que vous avez des noms pour compléter la liste.

    Cruellement vrai hélas. Je rajouterai Alela Diane, sans chercher plus loin que ça.

    Sur ce je file lire ce que dit ton collègue de Deus, un autre groupe dont je n’attends rien depuis... longtemps.

    repondre message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)