Accueil > Musique > 2011 > Soft Metals - Soft Metals

Soft Metals - Soft Metals

jeudi 8 septembre 2011, par Marc

Etat d’esprit


La crise, c’est aussi maintenant. Est-ci pour ça qu’on voir revenir tant de groupes sur le début des années ’80 ? Comme The XX ou Zola Jesus, certains peuvent capturer une ambiance révolue en des morceaux actuels. Parce que la musique, c’est aussi la communication d’un état d’esprit et que certains sont plus doués que d’autres pour la capter, il faut qu’on saisisse au vol l’occasion de profiter des bons et faire passer la bonne nouvelle. C’est l’enthousiasme du Mmarsupilami qui avait été décisif pour moi, et je me joins à lui, même s’il m’a fallu plusieurs écoutes pour prendre toute la mesure de la qualité de cet album. C’est en remarquant que j’y revenais tellement souvent que j’ai compris que je tenais un de mes albums essentiels du moment.

Alors, oui, ce que fait ce duo est plus convaincant que bien des choses qu’on a entendues dans le genre récemment. Il faut avoir pouffé sur l’album de John Maus qui tentait et ratait la rencontre d’Ian Curtis et une boule à facettes pour en prendre la pleine mesure.

A chaque fois, on est surpris de l’étendue des groupes sortant de Portland, Oregon ; Ce duo en provient, et pourtant est bien éloigné des univers de leurs concitoyens (Menomena, Eluvium, Yacht, The Shins, Modest Mouse), même si on trouve sur cet album une palette bien plus large qu’on pourrait le soupçonner ; Ils arrivent en effet à mêler avec une belle cohérence des voix occasionnellement éthérées et des rythmes robotiques qui dégagent la tenace mélancolie de la répétition. Récemment, les univers hiératiques d’un Gazelle Twin ou Fever Ray ont aussi pressé ces froides touches. L’effet est aussi contrasté, passant d’une relecture personnelle de la dream pop (Psychic Driving) à une veine italo-disco comme l’ont pratiquée Miss Kittin ou The Hacker. C’est ce qu’on ressent sur The Cold World Melts, mais il y a sur ce morceau une fin plus dense et subtile qui les éloigne des efficaces mais souvent simples effets de cette dance robotique qui revient à intervalles réguliers sur le devant de la scène. Reconnaissons cependant que Patricia Hall a un registre plus convaincant vocalement que l’amie Caroline (Miss Kittin donc), une versatilité qui lui permet d’apporter une vraie touche personnelle.

Mais ce n’est pas la seule, comme les instrumentaux sont dignes d’intérêt, et même quand ils virent vers une abstraction plus rude (In Throes) ils gardent le cap, devenant exigeants mais pas pénibles. C’est peut-être ça qui nous pousse à y revenir, à gober l’album d’un coup d’un seul à intervalles réguliers, à le considérer comme une réussite.

http://www.myspace.com/softmetals
http://softmetals.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)